L’avocat : une arme contre des leucémies aiguës ?

avocat_1.jpg

L’avocat possède des vertus anticancérigènes, selon une nouvelle étude canadienne. Certaines des molécules qu’il contient seraient en effet capables de lutter contre la leucémie aiguë myéloïde. Voilà une piste popur d’éventuels traitements de patients.

La leucémie aiguë myéloïde est une forme de cancer du sang très agressif, dans lequel la maladie s’installe rapidement. L’âge moyen du diagnostic est de 65 ans. Son origine et ses causes restent néanmoins encore inconnues. Il n’existe à l’heure actuelle quasi aucun traitement prometteur et le risque de mortalité reste très élevé puisque 90% des 65% de patients qui en sont atteints décèdent.

Face à l’absence de résultats cliniques encourageants, une équipe de chercheurs de l’université de Waterloo (Canada) a travaillé sur le sujet et découvert qu’une molécule anti-cancérigène nommée avocatine B, présente dans l’avocat et lipide dérivé du fruit, peut combattre efficacement les cellules souches leucémiques.

Les cellules souches sont véritablement les cellules qui orchestrent la maladie “, explique le professeur Paul Spagnuolo, chercheur à l’université de Waterloo et auteur principal de cette étude. Responsables de la propagation rapide dans l’organisme, ces cellules sont également la cause de rechutes fréquentes chez les patients à qui l’on a diagnostiqué cette forme de leucémie, explique le chercheur.

L’avocatine B, une arme contre la leucémie

Les résultats des scientifiques, publiés dans la revue Cancer Research du 15 juin, relatent les différentes expérimentations menées pour comprendre le fonctionnement de l’avocatine B et ses propriétés anti cancérigènes. Cette substance serait capable de cibler les cellules souches de la leucémie aiguë myéloïde, mais d’épargner les cellules saines, constatent-ils.

Les chercheurs ont bon espoir de produire à l’avenir un traitement comportant cette molécule tirée de l’avocat et d’ainsi augmenter de façon significative l’espérance de vie de ces malades. Une phase 1 d’essais cliniques devrait prochainement être menée.

L’avocat, qui regorge de nutriments et de fibres alimentaires, est également composé d’antioxydants et de radicaux libres, connus pour jouer un rôle dans la prévention des cancers, des maladies cardiovasculaires et des pathologies liées au vieillissement. Différentes études dans le passé ont également démontré le potentiel de son action anti-inflammatoire. La chair pulpeuse de l’avocat pourrait ainsi diminuer la prolifération des cellules cancéreuses humaines de la bouche, de la prostate et de la peau.

Source : futura-sciences.com

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *