Fraise sauvage pour l’inhibition du développement de la drosophile aux ailes tachetées

La drosophile aux ailes tachetées (Drosophila suzukii) a été décrite pour la première fois au Japon dans les années 1930. En 2008, il a été reconnu comme un nuisible émergent à l’échelle mondial pour les cultures fruitières.

Parmi les fruits commercialement importants, D. suzukii peut diminuer considérablement les rendements des cerises, des framboises, des pêches, des prunes, des raisins et des fraises. Contrairement à d’autres espèces drosophilides, les femelles de l’espèce pondent leurs œufs dans des fruits frais plutôt que dans des fruits fermentés. Lorsque les larves éclosent, elles consomment la pulpe de fruit dans un très court laps de temps. Maintenant, les chercheurs dirigés par les biologistes de LMU Nicolas Gompel et Martin Parniske, en collaboration avec l’éleveur de fraises Klaus Olbricht (HansabredGmbH Co. KG, Dresde), ont identifié une fraise sauvage dans laquelle le développement des larves est inhibé, ce qui lutte contre la propagation de l’organisme nuisible.

Comme beaucoup d’espèces végétales susceptibles d’être infestées par D. suzukii, les fraises appartiennent à la famille des rosacées. Mais dans la recherche de variétés de fruits qui résistent à ce parasite, ils ont l’avantage d’être beaucoup plus susceptibles d’être étudiés génétiquement que les arbres fruitiers. “Pour cette raison, nous avons testé une large gamme d’espèces de fraises, de variétés et d’écotypes pour la présence de gènes de résistance en les exposant simplement aux mouches. Ensuite, nous avons analysé le développement des larves de mouches dans les fruits”, explique Parniske. “Et nous avons trouvé une seule souche de fraise sauvage dans laquelle le développement de la mouche a été fortement inhibé. Dans ce cas, très peu de mouches matures ont émergé des fruits infectés”.

Cette souche pourrait donc servir de base à l’élevage sélectif des cultivars de fruits qui sont moins sensibles à l’infestation par D. suzukii. Dans les études futures, l’équipe LMU prévoit d’élucider les bases génétiques et physiologiques pour l’inhibition du développement de la mouche dans son adhésion à la fraise suppressive. Si ce trait s’avère être associé à un seul gène, ce gène peut être classiquement élevé dans des cultivars de fraises existants. Cette stratégie pourrait également être élargie en recherchant des gènes apparentés dans les cultivars de fruits autres que la fraise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *