Fraise : aperçu sur le marché international

Les fraises demeurent l’un des fruits authentiquement d’été. Malgré tous les efforts pour assurer l’approvisionnement tout au long de l’année, il semble que, dans de nombreux pays, le pic de la demande a toujours lieu dans les mois d’été.

En effet, le temps printanier et les températures élevées enregistrées à Huelva durant les semaines passées ont été bénéfiques pour le secteur. Les campagnes au Maroc et en Israël toucheront à leurs fins dans les prochaines semaines. Les deux pays peuvent être satisfaits des résultats obtenus, même si la demande pour les fraises marocaines est légèrement à la traîne. En France, en Belgique et aux Pays-Bas, les fraises nationales sont les premières qui arrivent sur le marché. Aux États-Unis, les producteurs en Californie profitent du beau temps ; la production augmente et les conditions du marché sont favorables.

Baisse de la demande pour les fraises marocaines

La saison tire à sa fin dans ce pays nord-africain. Le pic saisonnier a lieu en décembre et janvier, donc il est déjà passé. Malgré la bonne qualité et les prix favorables, la demande a été plus faible durant cette saison, rapporte un exportateur. Selon un commerçant, le dommage a été causé par les températures élevées durant la campagne 2016, induisant ainsi à des effets néfastes sur la qualité. Un exportateur transporte une grande partie de la production vers le marché russe qui, en dépit de sa situation instable, semble être un bon marché avec moins de concurrence que les années précédentes.

Les hautes températures augmentent la production en Espagne

La semaine dernière, le mercure est passé à 28 degrés Celsius dans certaines parties de Huelva. De telle température, inhabituelle pour cette période de l’année, ont accéléré la productivité des plantes et par conséquent, il y avait plus d’approvisionnement cette semaine, ce qui s’est traduit directement par une baisse des prix de 10 à 15 pour cent. Déclare Rafael Domínguez, directeur de l’association des producteurs et exportateurs de fraises de Huelva, Freshuelva. Toutefois, la température a déjà chuté cette semaine dans la plus grande zone de production de fraises en Espagne, avec des moyennes de 18-19 degrés Celsius, et les prévisions météo prédisent des précipitations, des temps nuageux et donc moins d’heures d’ensoleillement. “La semaine prochaine, nous aurons des volumes similaires à ceux obtenus il y a deux semaines,” affirme-t-il.

Mars est un mois très important pour les producteurs de fraises à Huelva, car ils bénéficient d’une présence significative sur les marchés européens, complétant 30% de leur campagne globale, profitant de la faible situation des productions des autres pays européens, comme l’Italie, la France, l’Allemagne ou les Pays-Bas, qui ne sont pas encore compétitifs sur le marché.

Selon les derniers chiffres, la superficie consacrée aux fraises à Huelva revient à 5.400 hectares, encore sous pression, cédant ainsi le terrain aux myrtilles et aux framboises. Cette tendance a été observée depuis 2014 et a été motivée par un certain nombre de mauvaises saisons successives. C’est pourquoi il y’a eu une surproduction et donc des prix plus bas.

Marché stable aux Pays-Bas

Contrairement à d’autres fruits rouges, qui enregistrent des taux de croissance à deux chiffres, la demande pour les fraises est stable ou légèrement en hausse. Actuellement, la majeure partie de l’offre provient de l’Espagne, mais les premières fraises belges et néerlandaises, cultivées sous serres, sont également de retour sur le marché. Alors que les fraises qui proviennent de l’Egypte, d’Israël, du Maroc et de l’Espagne étaient auparavant considérées comme des «

“Bombes à eau”, ces pays les ont progressivement remplacés par des variétés plus savoureuses.

La saison espagnole a commencé avec un rythme très lent cette année en raison du temps froid. Quoique plus tard, il a fait beaucoup plus chaud et les volumes ont augmenté; les fraises espagnoles ne présentent pas de concurrence pour la production néerlandaise, car ils sont dans une autre catégorie de prix. Aux Pays-Bas, la superficie de serre consacrée à la production de fraise a fortement augmenté ces dernières années, principalement en raison de l’expansion des producteurs existants. La période avril – juin est traditionnellement la période de pointe pour les fraises néerlandaises, mais étant donné que les plus grands producteurs de fraises ont tendance à cultiver des variétés productives de mai à septembre, l’offre au cours de cette période de pointe a diminué.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *