Agrumes : L’Allemagne est de plus en plus exigente sur les résidus

« Tout d’abord, les résultats sont positifs, c’est-à-dire les concentrations maximales de résidus des pesticides n’ont été dépassées dans aucun des 30 échantillons d’agrumes qui viennent d’être analysés », déclare Frerk Feldhusen, Directeur du Bureau Central de l’agriculture, la sécurité alimentaire et les pêches à Rostock (en Allemagne).

Dix échantillons de mandarines, dix échantillons de pamplemousses, six échantillons d’oranges et quatre échantillons de citrons ont été analysés pour plus de 400 substances actives de pesticides.  Tous les échantillons provenaient de la culture conventionnelle à l’exception de deux qui ont été produits Bio (1 x citron, 1 x orange).

Les deux échantillons biologiques ne montraient aucun résidu, tandis que les autres échantillons contenaient jusqu’à sept substances actives  par échantillon (dans un échantillon de clémentines et deux autres de pamplemousse). Dans ce cas, on parle de résidus multiples.

Les agrumes peuvent être traités même après la récolte afin de prolonger la durée de conservation. Les substances actives conventionnelles pour le traitement post-récolte et la prévention des moisissures sont l’imazalil, le thiabendazole et l’o-phénylphénol, qui étaient également souvent détectables dans les études actuelles. Cependant, le traitement post-récolte est sujet à étiquetage. Un échantillon de pamplemousse a été rejeté en raison de l’absence d’identification d’un tel traitement post-récolte avec le thiabendazole.

Pour la sécurité des consommateurs et en raison des méthodes spéciales de traitement des pelures, les agrumes sont examinés en tant que fruits entiers, de sorte que la pulpe et la peau sont analysées. Les limites maximales de résidus pour les PPP se réfèrent au fruit entier. Il est bien connu que la pulpe ne contient généralement qu’environ 18% des substances actives par rapport aux fruits entiers avec leur pelure (tests réalisé par l’Office Fédéral d’Evaluation des Risques, Berlin).

« Afin de minimiser le transfert des résidus de la peau à la pulpe, il est généralement judicieux de se laver les mains après l’épluchage et avant de manger les fruits, ce qui peut être complété par un lavage des agrumes avant épluchage », explique Feldhusen.

Les agents de traitement des pelures (agents de post-récolte) sont des fongicides (agents antifongiques) qui sont souvent appliqués sur la peau d’agrumes avec différentes cires. L’objectif est d’éviter la détérioration du fruit pendant le transport et le stockage. La cire protège les fruits de la déshydratation. Par la suite, les pelures ne sont plus adaptées à la consommation humaine. Par conséquent, ce traitement post-récolte doit être identifié clairement lorsqu’il est vendu au consommateur.

Les origines des échantillons d’agrumes testés sont : l’Espagne (x24), l’Italie (x2), la Turquie (x2), la Grèce (x1) en plus d’un échantillon sans indication d’origine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *