Les températures froides font baisser les prix de la pastèque en Espagne

Lorsque le volume de production de la plupart des légumes commence à baisser, l’heure est au melon et à la pastèque, les fruits d’été par excellence. Leurs campagnes ont déjà commencé et les volumes de production augmentent rapidement.

Les producteurs et les sociétés commerciales de la province d’Almeria traitent déjà des volumes considérables, mais ils font face à un manque de réaction du marché.

Le fait est que la dernière campagne a été marquée par une augmentation significative de la production de pastèques, ainsi que par des prix qui ont rendu la récolte très rentable.

La production est passée de 472 millions de kilos lors de la campagne de 2016/2017 à 477,152 millions de kilos lors de la suivante. Un développement qui semble se poursuivre dans la campagne en cours, dans laquelle environ un demi-million de kilos de pastèques sont attendus.

Cette croissance a conduit le chiffre d’affaires à passer de 142,43 millions d’euros à 232,85 millions d’euros la saison dernière ; une forte augmentation due en grande partie à la hausse du prix moyen, qui est passé de 0,30 euro en 2016/2017 à 0,49 euro en 2018 (+ 66,6 %).

Les perspectives de production actuelles sont optimistes, car les bonnes températures enregistrées ce printemps ont permis une bonne nouaison. De plus, le volume et la qualité sont satisfaisants. Cependant, cette production et cette qualité ne sont pas récompensées par des prix tout aussi satisfaisants.

Au cours des deux dernières semaines, deux facteurs négatifs ont pesé sur les prix de la pastèque. Le premier a été les changements de temps et l’arrivée de températures froides, qui ont généralement un impact négatif sur la consommation de ce fruit, à la fois en Espagne et sur le marché européen.

Le deuxième facteur a été le fait que les premières pastèques sont arrivées sur le marché à l’occasion de Pâques, une période au cours de laquelle les vacances et le départ massif de touristes vers d’autres régions du pays ou de l’Europe réduisent la demande des groupes de distribution.

Ainsi, plusieurs des principales sociétés de commercialisation de pastèques de la province ont reconnu que, bien que la production soit arrivée plus tôt par rapport aux campagnes précédentes, les magasins se remplissent de produits invendus, ce qui a un effet négatif sur les prix.

En tout état de cause, l’espoir est que les températures se réchauffent en mai et que cela puisse contribuer à porter la production finale à 150 millions de kilos, « alors que la saison de nos pastèques Bouquet se prolonge jusqu’au mois d’octobre ».

Source : freshplaza.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *