Les exportateurs marocains défient Bruxelles et augmentent leurs exportations vers Moscou

tomate-ue-maroc_05062014152414.jpg

Des exportateurs marocains ont décidé de s’engager a des mesures concrètes pour relever le niveau des exportations agricoles marocaines vers la Russie. Ceci est dans le but  de déclarer leur dédains par rapport aux menaces implicites des pays européens aux pays souhaitant remplacer les produits de l’union européenne sous l’embargo de Moscou.

Dans une déclaration a Hespress, Mr Hassan Sentissi, président de l’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX), confirme qu’il existe des mesures très pratiques en cours de réalisation afin d’élever le niveau des exportations marocaines des produits alimentaires, agricoles et de la pêche vers la fédération de Russie.

Le président de l’ASMEX affirme,  dans la même déclaration, “aucune partie n’a le droit de nous dicter ce que nous devons faire ou pas faire“,  et ajoute que “les exportateurs marocains collaborent avec la Russie depuis des décennies et il y a de grandes possibilités pour élever le niveau de nos transactions commerciales avec ce pays  avec lequel  le Maroc a des  liens très étroits depuis longtemps.

Sentissi mentionne que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays est de deux milliards et demi de dollars par an, précisant dans ce contexte, “les exportateurs marocains ont décidé de  relever le niveau de ces échanges et nous allons nous concentrer sur les produits agricoles et les poissons dont nous allons augmenter la quantité exportée vers la Russie“, ajoute le président des exportateurs marocains.

Le Maroc est le premier partenaire commercial de la Russie en Afrique et dans le monde arabe, il a pu renforcer la coopération commerciale avec Moscou à travers le renouvellement de l’accord de pêche, dont les experts disent qu’il est devenu plus équilibré que jamais.

L’Union européenne avait annoncé de sérieux avertissements à ses partenaires commerciaux afin de ne pas exploiter les conséquences de la crise entre l’Occident et la Russie. Rappelons que suite aux sanctions annoncés contre la Russie, cette dernière a décider d’interdire l’importation de tous les produits alimentaires (viande, de poisson, des produits laitiers, des fruits et légumes) en provenance des États-Unis, de l’Union européenne, de la Norvège, du Canada et l’Australie pour une année, et a également tenu des réunions avec les ambassadeurs de l’Argentine, le Chili, l’Uruguay et l’Équateur pour trouver des alternatives  aux produits agricoles européens.

Ces évolutions interviennent à un moment ou les négociations entre le Maroc et Bruxelles continuent dans le but d’élargir la coopération commerciale entre les deux parties, tandis que le marché européen constitue la première destination des produits agricoles marocains, malgré que le royaume a connu plusieurs  harcèlements, ces dernières années, de  ce qui est devenu connu sous le nom  de “lobby” d’agriculture Espagnol et Portugais notamment.

Source: m.hespress.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *