Fairfood revient à la charge : Hortidaily et Freshplaza relayent le rapport publié par cette organisation

fairfood_maroc.jpg

Sous le titre “Les fruits de leur travail – Les bas salaires derrière les tomates marocaines vendues dans les supermarchés européens“  voici l’article :  

Le plus récent rapport de Fairfood internationale expose les salaires de misère payés aux travailleurs dans le secteur de la tomate marocaine. Ces tomates sont cueillies et emballés par des dizaines de milliers de travailleurs qui ne reçoivent pas un salaire décent pour leur travail ardu. Les fruits sont ensuite vendus par les supermarchés européens qui reçoivent la part du lion des bénéfices.

Le rapport de Fairfood  intitulé “The fruits of their labour – The low wages behind Moroccan tomatoes sold in European supermarkets” a été publié hier 9  Septembre 2014 sur son site (lien) . Ce projet a mené des recherches dans la région Souss-Massa Drâa: l’une des principales sources de tomates pour de nombreux supermarchés européens durant les mois d’hiver.

Ce rapport s’inscrit dans le cadre de la  prochaine campagne des salaires ‘décent’; qui considère que le salaire vivable – un salaire suffisant pour les besoins essentiels des travailleurs et de leurs familles, tels que la nourriture, les vêtements, les soins de santé et l’éducation – comme un droit de l’Homme.

 Les points essentiels du rapport sont les suivantes:

  • En hiver, Tesco, Sainsbury, Albert Heijn et d’autres supermarchés européens vendent des tomates qui proviennent du Maroc,

  • Ils sont cueillis et emballés par des dizaines de milliers de travailleurs marocains, en majorité des femmes, qui gagnent péniblement des salaires minables,

  • Les cueilleurs et les emballeurs de tomates marocaines gagnent entre 5 et 8 euros par jour, alors que leur coût de vie est d’environ 15 euros par jour. Par conséquent, ils sont incapables d’assurer un équilibre et  vivent dans la pauvreté,

  •  Les supermarchés ont le pouvoir et l’influence de déterminer ce que les consommateurs achètent, ainsi que comment et dans quelles conditions la nourriture est produite,

  • Fairfood  exige aux supermarchés de prendre part de la responsabilité  et d’assurer un salaire  convenable pour tous leurs travailleurs dans leurs chaînes d’approvisionnement.

Cette organisation avait déjà publié les rapports de leur étude en mars et juin passés (voir notre article du 27/08) mais elle a profité du début de compagne et a relancé avec un nouvel article mais sur la même étude conduite il y’a quelques mois. Cette fois plusieurs médias internationaux ont relayés l’information et les producteurs maraichers devront s’attendre à une série d’audits sur le social de la part de leurs clients. Il est donc temps pour tous les opérateurs (représentant des employés, employeurs et gouvernement) de collaborer afin de trouver des solutions convenables pour tous et à long terme. 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *