Afourer met Tango à l’épreuve devant la Cour de justice en Afrique du Sud

clemengold.jpeg

Les propriétaires de la variété Nadorcott (Afourer), à l’origine développée par l’INRA au Maroc (Institut National de Recherche Agronomique), se plaignent à cause d’une autre mandarine, Tango, qui disent qu’elle est essentiellement la même variété, mais vendue sous un nom différent. 
Selon Portalfruticola, les scientifiques de l’Université de Californie Riverside ont créé cette ‘nouvelle variété appelée Tango’ en irradiant les bourgeons de Nadorcott. Tango est connue pour produire moins de pépins que sa prédécesseur lorsqu’elle est exposée à des pollinisateurs et le pollen d’autres variétés. 

Pour Nador Cott Protection (NCP), basée au sud de la France, ce changement n’est pas assez pour faire de Tango une variété distincte. Ainci, cette société tente de mettre à l’épreuve cette variété (Tango) devant la cour de justice en Afrique du Sud le 26 Février 2015. 

“Le NCP et ses agents en Afrique du Sud, Citrogold, affirment que la plantation de Tango porte atteinte à leurs droits d’obtenteurs“. “NCP et Citrogold ont l’intention de montrer que Tango est une ‘copie’ de la Nadorcott (Afourer) ou au moins qu’elle est, essentiellement, dérivée de la celle-ci. Tango est donc en compétition illégale avec Nadorcott en Afrique du Sud,» disaient-ils. 

Ces deux entités soulèveront le cas contre la société Sud-africaine Stargrow et l’espagnole Eurosemillas, l’année prochaine,  suite à l’accord de la Haute Cour de la province du Cap occidental (Sud Afrique), le 25 septembre. Les plaignants ont dit que la variété, qui est vendue pour les consommateurs sud-africains sous la marque ClemenGold, Sweet C et d’autres marques, a été rentable pour les agriculteurs en raison de ses multitudes avantages par rapport aux autres mandarines. ” 
Bien que le processus d’irradiation impliqué dans le développement de Tango a diminué les pépins de la variété, le NCP et Citrogold affirment que Nadorcott ne produit pas de graines lorsqu’elles est plantée dans des champs contrôlés à grande échelle. “Eurosemillas Stargrow et d’autres sont en cours de vendre et semer Tango sans la permission de NCP”, ont déclaré les plaignants. 
“Ce qui sera décidé par la volonté de la cour de justice est de savoir si des modifications à la Nadorcott par irradiation font de Tango une nouvelle variété, ou si celle-ci présente principalement les caractéristiques de Nadorcott et en est donc une variété essentiellement dérivée». 

De même, les plaignants ont demandé au tribunal de mettre fin à la vente de Tango dans le pays jusqu’à ce que le litige juridique entre elle et Nadorcott soit déterminée par le tribunal. “Pendant ce temps, le NCP et Citrogold –représenté par le cabinet de propriété intellectuelle DM Kisch et assistés par l’avocat Robert De Rooy ont également émis des citations à comparaître et réclament des dommages à Eurosemillas et Stargrow et à tous ceux qui vendent ou la plantent Tango sans la permission du NCP “, ont-ils dit. 

“La détermination de la relation réelle juridique entre Nadorcott et Tango coïncidera avec l’audition des dommages et intérêts.”
Source: fyh.es

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *