Vue globale sur le marché des myrtilles

La récolte avance lentement vers le nord. Aux États-Unis, la Californie clôture la saison pour laisser la place aux États du nord-ouest. En Europe, il existe un chevauchement entre le sud et le nord. En raison du beau temps dans le nord, la récolte a commencé tôt, tandis que dans le sud, le temps n’a pas été favorable. En Espagne, la récolte a été étonnamment plus grande, de sorte que des volumes importants ont été disponibles en fin de saison. Bien que la saison soit terminée, les pays latino-américains ouvrent de nouveaux marchés, la Chine étant particulièrement attractive. En outre, une partie du secteur chilien est préoccupée par la qualité des baies et l’impact que cela puisse avoir sur la compétitivité du pays.

Espagne: volumes plus importants que prévus

En raison des températures douces, des pluies abondantes et des jours nuageux, la saison espagnole a connu une période de faible rendement, chose qui a entraîné des conditions de marché difficiles.

Le temps instable de cette année a encouragé la présence des ravages sur tous les petits fruits rouges. «Bien que la saison des myrtilles ait été bonne en général, la récolte a été considérablement ralentie et nous avons encore des volumes remarquables disponibles», explique un commerçant. Cette situation n’a pas pu être prédite et cela a rendu le marketing des fruits plus difficile. «Nous pensions que nous avions déjà laissé le pic derrière nous, mais des volumes plus importants que prévu sont soudainement devenus disponibles», explique un trader.

Cela a coïncidé avec un démarrage précoce en Europe du Nord et le début de la campagne fruitière d’été, donc il y a plus de concurrence. Grâce à la forte demande, le marché ne s’est pas complètement effondré cette année. Les commerçants essaient également de travailler avec des destinations d’exportation plus éloignées. Un grand exportateur a réussi à tripler ses expéditions en Asie du Sud-Est.

 

États-Unis: Le Nord-Ouest domine le marché

La Californie se prépare pour la fin de la saison, après quoi la récolte commence dans d’autres États américains. Il y a actuellement une offre suffisante, selon un commerçant. «La récolte en Californie n’a pas été aussi importante que prévu cette année, nous avons subi des gelées en mars et cela a eu un grand impact. La saison va progressivement se terminer dans les prochaines semaines. «Le temps chaud a été prévu et la chaleur et les myrtilles ne se mélangent pas bien, alors la campagne se terminera probablement rapidement», explique un producteur.

Pour les producteurs de Géorgie et de la Caroline du Nord et du Sud, la saison a été bonne. Un commerçant explique qu’il n’y avait pas d’excédents, donc le marché est resté en bon équilibre. Au cours des 15 à 20 dernières années, la demande a explosé, mais les commerçants s’attendent maintenant à ce que cette croissance ralentisse. Avec la fin de la saison en Californie, le prix est également en baisse. Les meilleurs prix sont généralement obtenus peu après le début de la campagne. Comme le volume augmente pendant la saison, le prix baisse.

 

Chili: Préoccupations pour l’avenir

La région des Ñuble est considérée comme une zone de culture potentielle pour les myrtilles exportées aux États-Unis sans restrictions. Les États-Unis avaient introduit des restrictions en raison de la détection du ravageur Lobesia botrana (Eudémis de la vigne) dans les régions de O’Higgins, Maule et Biobío. Une solution technique a été trouvée, consistant en fumigation des baies, mais cela n’a pas été possible pour les productions biologiques et la frontière américaine est restée fermée pour eux. Le Comité des myrtilles a annoncé que les exportations atteignaient 110 000 tonnes, ce qui représente un volume record. La région Biobío représentait 32% de ce volume.

Dans le secteur chilien, des préoccupations ont été exprimées au sujet de la qualité des myrtilles. Selon certains commerçants, la qualité a baissé au cours des trois dernières saisons, ce qui a eu un impact sur la position du Chili sur le marché mondial. Les producteurs sont affectés par un certain nombre de facteurs, y compris des plantations mal entretenues, des variétés inadéquates, des conditions climatiques difficiles et des conditions météorologiques extrêmes. La qualité des baies d’autres pays, tels que le Maroc, le Pérou, le Mexique et l’Afrique du Sud, s’est améliorée, et selon les commerçants concernés, le Chili est à la traîne. Ils croient que le passage à d’autres variétés sera insuffisant; plus de mesures doivent être prises pour s’assurer que la chaîne est mieux organisée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *