Tango et Nadorcott sont identiques à 99.9999997%

mandarine.jpg

L’Association des producteurs de Valence (AVA-ASAJA) considère qu’il est essentiel de point de vue juridique, administrative et commercial de clarifier la situation de certaines variétés protégées d’agrumes pour dissiper les doutes au sujet de leurs droits de gestion.

La semaine passée, le Club des variétés végétales protégées (CVVP) a publié un rapport de l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire des Plantes (IBMCP) -Centre mélangé à l’Université Polytechnique de Valence (UPV) et le Conseil Supérieur de Recherches Scientifiques (CSIC) – dans lequel il est indiqué pour la première fois en termes quantitatifs et scientifiques, que la variété tardive de mandarine Tango (connue aussi sous le nom de Tang Gold) est essentiellement dérivée de la Nadorcott.

Pour être précis, le rapport souligne que Tango et Nadorcott sont identiques à 99.9999997%. Et qu’il n’y a pas de différences significatives entre les génomes de Tango et Nadorcott et par conséquent “elles partagent le même génotype et montrent une conformité génétique qui révèle que Tango  est essentiellement une dérivation de la Nadorcott.” Cette circonstance ajoute encore plus d’incertitude et augmente les préoccupations, puisque les droits de gestion de Tango font actuellement l’objet d’un litige judiciaire sans aucune décision définitive.

AVA-ASAJA conçoit que, compte tenu de cette situation, il est urgent et essentiel que les autorités compétentes en la matière, à la fois législative et judiciaire, doivent se prononcer avec la plus grande fermeté et clarté sur ces questions afin de dissiper tous les doutes. Et permettre ainsi aux agriculteurs intéressés par les nouvelles variétés de faire leurs choix avec une confiance absolue. Les producteurs doivent avoir des preuves leur permettant de prendre des décisions sans risques.

À l’heure actuelle, tout ce qui est clair est que la situation crée de la confusion et de l’incertitude juridique et empêche les agriculteurs de prendre des décisions stratégiques. Un volet important de l’avenir de l’agriculture se basant essentiellement sur les nouvelles variétés protégées est entrain d’émerger et il est nécessaire que les responsables administratifs, législatifs et juridiques fournissent, dès que possible, les outils qui permettent aux producteurs de connaître avec certitude où ils se positionnent.

Source : avaasaja.org

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *