Maroc-UE: la Commission européenne propose d’étendre les accords agricoles au Sahara

Il y a cinq mois, la Cour de justice de l’UE jugeait que “les accords d’association et de libéralisation conclus entre l’UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental”. Mais les protocoles agricoles pourraient être amendés, en fonction du mandat de négociation qui est actuellement dans les couloirs de Bruxelles.

L’ébauche de mandat de négociation qui sera accordé à la Commission européenne sur les protocoles agricoles de l’accord entre le Maroc et l’Union européenne (UE) sera soumise le 24 mai au Comité des représentants permanents (Coreper) de l’UE, qui regroupe les ambassadeurs de chacun des États membres. “Normalement, le projet de mandat de négociation devrait être adopté aux vues des discussions préalables qui ont déjà eu lieu“, analyse une source au sein du Service européen pour l’action extérieure (EEAS).

Ce texte devra ensuite passer devant le Conseil des ministres de l’UE afin d’être approuvé. “Cela pourrait se faire dès le 29 mai“, précise la même source qui rappelle que l’ébauche doit ensuite passer devant le parlement européen. Ce mandat de négociation fixe les conditions et le contenu des discussions à venir entre l’UE et le Maroc pour amender les protocoles agricoles de l’accord d’association entre les deux parties.

Le 7 février, Nasser Bourita, alors ministre délégué aux Affaires étrangères, et Federica Mogherini se sont rencontrés à Bruxelles pour réaffirmer “l’importance stratégique des relations” entre l’Union européenne et le Maroc. La position des deux parties est claire: résoudre le problème causé par l’arrêt de la Cour en faisant en sorte d’étendre les préférences tarifaires au Sahara au sein des protocoles agricoles. Pour ce faire, un mandat de négociation doit être adopté.

Des réunions de travail ont déjà eu lieu, depuis l’annonce du binôme. Une délégation de la Commission européenne s’est notamment rendue à Rabat le 1er mars pour une “discussion technique” avec la partie marocaine en vue de “sauvegarder les accords qui lient le Maroc à l’Union européenne”. La première réunion du genre s’est tenue le 13 février à Bruxelles.

Le 7 février, Nasser Bourita, alors ministre délégué aux Affaires étrangères, et Federica Mogherini se sont rencontrés à Bruxelles pour réaffirmer “l’importance stratégique des relations” entre l’Union européenne et le Maroc. La position des deux parties est claire: résoudre le problème causé par l’arrêt de la Cour en faisant en sorte d’étendre les préférences tarifaires au Sahara au sein des protocoles agricoles. Pour ce faire, un mandat de négociation doit être adopté.

Des réunions de travail ont déjà eu lieu, depuis l’annonce du binôme. Une délégation de la Commission européenne s’est notamment rendue à Rabat le 1er mars pour une “discussion technique” avec la partie marocaine en vue de “sauvegarder les accords qui lient le Maroc à l’Union européenne”. La première réunion du genre s’est tenue le 13 février à Bruxelles.

Source : telquel.ma

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *