L’Espagne, l’Italie et la France contre la tomate marocaine

tomate.jpg

Au cours d’une réunion menée a Bruxelles, le groupe de contact franco-espano-italien de tomates, composé de représentants des producteurs de France, d’Espagne et de l’Italie ainsi que de chefs de plusieurs administrations, ont  analysé la forte croissance des importations de tomates en provenance du Maroc. Celles-ci ont augmenté  de plus de 50% au début de cette campagne par rapport à la même période de la campagne précédente. 

Les producteurs de France, de l’Espagne et de l’Italie ont analysé avec préoccupation le comportement des importations de tomates importées  par l’UE en provenance du Maroc. Ces importations ont connu  une croissance de 66% en Octobre de cette année par rapport au même mois de l’an dernier, selon les données du marché Saint Charles (France) qui est le principal point d’entrée des tomates marocaines vers l’UE. Cette forte croissance a continué au mois de Novembre avec une augmentation de 55% par rapport à Novembre 2013.

Le groupe de contact estime que ce comportement désordonné des exportations marocaines va causer de graves perturbations sur le marché communautaire et par la suite de lourdes pertes aux producteurs dans les trois pays. Le groupe estime aussi que les concessions faites dans l’accord d’association entre l’UE et le Maroc dans le secteur de la tomate, énoncées à l’article 4, visent à maintenir les exportations marocaines traditionnelles vers l’UE et d’éviter la désorganisation du marché, chose qui n’est pas respecté étant donné la forte croissance constaté au cours de cette campagne qui dépasse les 50%. 

La méthode de calcul européenne est inefficace

Par conséquent, il a été décidé de demander à la Commission Européenne d’appliquer les mesures de protection signalées dans l’accord de partenariat et de modifier la méthode de calcul de la valeur des importations de tomates en provenance du Maroc. La nouvelle méthode, lancée par la Commission Européenne dans cette campagne, a provoqué la  perte d’efficacité à la fois pour la surveillance du marché et pour la protection du  marché communautaire contre les importations désordonnées.

Lors de la réunion, les perspectives pour cette saison de tomate ont également été analysées, confirmant la stabilité pour les superficies et pour la production des trois pays.

Le groupe de contact franco-espagno-italien de tomates est composé par des représentants des producteurs de tomates des trois pays ainsi que des chefs des administrations. C’est un des groupes de travail mis en place dans le cadre du Conseil de fruits et légumes.

source : agroinfomacion.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *