Les diamides anthraniliques peuvent potentiellement remplacer les traitements de semences néonicotinoïdes

Diamides anthraniliques, Néonicotinoïdes, Pyréthroïdes, Traitement, Semences

Lorsqu’ils étaient utilisés comme pulvérisations foliaires, les néonicotinoïdes ont causé une certaine inquiétude de l’opinion public parce que – comme tout pesticide – ils peuvent nuire aux abeilles et aux autres insectes bénéfiques. Cependant, en utilisant les néonicotinoïdes comme traitements des semences on minimise ces risques. En plus, il est devenu un outil couramment utilisé pour protéger de manière proactive les cultures contre les insectes. Ces traitements de semences ont des avantages dont on cite principalement : des coûts relativement faibles, une faible toxicité pour les mammifères, et une manipulation réduite des pesticides.

Dans le secteur de production des légumes, des cultures comme l’haricot sont généralement cultivées en utilisant les semences traitées au néonicotinoïdes pour contrôler les parasites de semi, tandis que les pyréthroïdes sont utilisés plus tard au cours du développement de la culture pour lutter contre les parasites foliaires et ceux qui se nourrissent des gousses. Comme les néonicotinoïdes, les pyréthrinoïdes peuvent avoir un impact négatif sur les organismes non-cibles et certaines populations d’insectes ravageurs peuvent devenir résistantes.

Bien que les deux familles des néonicotinoïdes et des pyréthroïdes sont généralement rentables et fiables chimiquement pour réduire les dommages causés par les insectes, nous avons cherché à déterminer si une autre famille chimique pourrait être utilisée efficacement. En cas de succès, les agriculteurs auraient un outil supplémentaire pour la gestion des insectes, ce qui pourrait être particulièrement intéressant si les néonicotinoïdes et / ou pyréthroïdes ne sont plus autorisés.

Les diamides anthraniliques ont le potentiel de remplacer les néonicotinoïdes et les pyréthroïdes pour la gestion des ravageurs des légumes. Le Chlorantraniliprole et le cyantraniliprole sont deux ingrédients actifs qui sont actuellement homologués sur de nombreuses cultures de légumes. L’activité systématique et le faible risque d’accumulation  des résidus fourni par ces produits en font des candidats idéaux pour leur action soit comme traitements de semences ou en pulvérisation foliaire pour gérer un ensemble d’organismes nuisibles sur de nombreuses cultures. Les diamides anthraniliques sont également considérés comme des ingrédients actifs assez sélectifs, avec une faible toxicité pour de nombreux arthropodes bénéfiques.

Des recherches sont effectuées aux états unis dans le but de déterminer si les diamides anthraniliques pourraient réussir à contrôler deux principaux ravageurs de la culture d’haricot qui sont  la mouche de semence de  maïs (Delia platura) et la pyrale du maïs (Ostrinia nubilalis). Les résultats sont publiés dans le journal Journal of EconomicEntomology.

Les résultats des recherches effectuées démontrent que les diamides anthraniliques ont l’efficacité de remplacer leurs homologues (néonicotinoïdes et pyréthrinoïdes) lorsqu’ils sont appliqués de la même manière. Les diamides anthraniliques pourraient remplacer les traitements de semences néonicotinoïdes et les diamides foliaires, qui sont déjà disponibles commercialement, pourraient remplacer les pyréthrinoïdes. De plus, notre étude a démontré que le traitement unique des semences au chlorantraniliprole a fournir une protection pendant toute la saison de croissance.

Cela pourrait réduire le risque d’exposition aux pesticides pour les applicateurs et les organismes non-cibles, tout en réduisant simultanément les coûts d’application en raison de la réduction du travail, du carburant, et de l’utilisation de l’eau pour passer de multiples pulvérisations foliaires à un traitement unique de semences.

 

Bien que les Diamides anthraniliques ont été des outils efficaces de lutte antiparasitaire, ils n’ont pas été une option rentable pour certaines cultures. Les diamides anthraniliques  sont plus coûteux à produire que les pyréthrinoïdes et les néonicotinoïdes, ce qui entraîne une hausse des prix pour les agriculteurs qui les achètent. Néanmoins, nous prévoyons que les diamides anthranilique vont jouer un rôle essentiel dans les programmes futurs de gestion des ravageurs de légumes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *