« La saison du poivron d’Almeria sera meilleure que la précédente »

« Ma vision suivra celle de Manuel Galdeano, ancien président. Je poursuivrai la voie tracée au cours de ses 20 ans à la tête de la société », a déclaré Antonio Sánchez Baños, nouveau président de Murgiverde.

Antonio Sánchez Baños a rejoint la société (alors Ejidoverde) alors qu’il n’avait que 18 ans. Durant sa longue expérience il fut 10 ans au conseil d’administration. La société est l’un des plus importants producteurs espagnols de fruits et légumes, avec un volume annuel de 180 millions de kilos de poivrons, concombres, pastèques, melons, tomates, courgettes et aubergines.

Bonnes perspectives pour les poivrons espagnols 
« La campagne de commercialisation précoce du poivron est sur le point de commencer à Almeria. Dans une semaine, nous aurons déjà des poivrons rouges sur le marché. C’est un bon moment, avec un écart que les Pays-Bas ne peuvent pas couvrir. Il existe une demande pour les premiers poivrons rouges et vous pouvez vous attendre à de bons prix. C’est une bonne nouvelle après une campagne tardive qui s’est terminée en avril et qui a été vraiment difficile », a déclaré Antonio Sánchez.

Selon lui, les poivrons jaunes sont également plus demandés (pour les emballages tricolores), même s’ils sont les plus chers. Le poivron vert, qui reste le moins cher car facile à récolter et offre un meilleur rendement par plant, reste également intéressant.

Cette année, la saison sera meilleure que la précédente, avec environ 60 000 tonnes voire plus. « Les prix fluctuent, comme d’habitude ; par conséquent, la meilleure option serait que les producteurs et les entreprises alternent contrats et prix hebdomadaires. C’est le meilleur modèle pour assurer la stabilité du marché, pour diversifier les risques », déclare Antonio Sánchez.

Les pastèques n’ont pas besoin d’éclipser les melons
La saison de la pastèque vient de se terminer avec un bilan positif. « Malgré quelques semaines d’incertitude en juillet en raison des basses températures estivales qui ont ralenti sa consommation, la pastèque continue de gagner du terrain avec les prix élevés ». 

« La stabilité des prix élevés des pastèques est le résultat d’une demande axée sur la marque et de contrats avec de grandes chaînes. Dans tous les cas, les melons ne seront pas détrônés par les pastèques ; même si la demande est en baisse, les fruits auront toujours des marchés. Les melons ne sont pas aussi demandés car leur prix est trop élevé. Les producteurs ne voient pas assez d’options de marketing et la culture est plus chère. Les pastèques sont récoltées mûres, avec des degrés Brix idéaux, afin qu’elles aient toujours bon goût pour le consommateur. Avec le melon, ce n’est pas toujours le cas. Si toute l’Almería se concentre sur les pastèques ce n’est pas une conversion viable. Ce qu’il faut, c’est rechercher des variétés adaptées aux demandes des consommateurs », explique Antonio Sánchez.

Ligne biologique : un pari évident
L’ancien président Manuel Galdeano avait exprimé son désir de passer à 100 % à la production biologique et le nouveau président suivra le même chemin.

« Bien sûr, dans certains cas, comme les cultures hydroponiques, c’est difficile. Mais oui, la production biologique est l’avenir. Nous ne vendons pas de fruits et de légumes, mais de la santé. Nous misons même sur l’agriculture biodynamique. »

« Le consommateur demande des produits biologiques, c’est un fait ! Presque tous les supermarchés ont déjà une gamme bio. Dans le cas des fruits et légumes biodynamiques, il existe également un marché, bien que les prévisions soient plus difficiles à établir, car c’est le consommateur qui décide. Quoi qu’il en soit, Murgiverde a fait un pas en avant et nous avons déjà des fermes biodynamiques certifiées Demeter avec Palerme, des poivrons rouges et jaunes et des concombres. Ce n’est pas facile car une ferme doit avoir 10 % de biodiversité et zéro produit phytosanitaire. »

« 45 % de la production de Murgiverde est déjà bio. La croissance a été extrêmement rapide mais ralentit maintenant, car la conversion prend du temps, mais notre objectif est d’atteindre le 100 % bio. »

« Le principal obstacle est la hausse des températures au cours des dernières années, ce qui facilite la propagation des parasites et empêche leur confinement. Les pucerons, par exemple, ne peuvent pas être combattus avec les guêpes s’il fait trop chaud. La chaleur pose des problèmes dans les premières plantations et dans les serres, il est difficile de maintenir des températures inférieures à celles enregistrées à l’extérieur. Les poivrons et les concombres biologiques sont les plus vulnérables. La recherche apportera des solutions, mais le processus est lent », déclare Antonio Sánchez.

Concombres biologiques : disponibles 12 mois par an
« Nous commençons à présent à commercialiser les concombres conventionnels. Il y a une bonne demande et les prix seront également bons ; bien mieux que lors de la saison précédente, lorsque les Pays-Bas ont commencé à gagner du terrain sur Almeria très rapidement. Il est nécessaire que les températures soient suffisamment basses pour assurer la croissance des plantes », explique Antonio Sánchez. Il ajoute que « l’offre de concombres biologiques peut être conservée 12 mois par an sans trop de fluctuations. C’est un marché plus stable. »

La réduction de l’utilisation de plastique est également bénéfique pour les producteurs
La tendance claire des distributeurs est la réduction de l’utilisation de plastique. « Certaines modifications apportées à l’emballage peuvent rendre l’exportation difficile. Un produit sans emballage a une durée de vie plus courte et souffre davantage lors de sa manipulation. En outre, les matériaux de remplacement biodégradables rendent le produit trop coûteux et peuvent ne pas constituer des solutions idéales à long terme. Mais il est également vrai qu’une réduction de l’utilisation des emballages entraîne des changements dont tous les maillons de la chaîne peuvent bénéficier. Le producteur doit fournir plus fréquemment et, dans le même temps, les consommateurs disposent de produits plus frais », explique Antonio Sánchez.

Source : https://www.freshplaza.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *