Australie : Utilisation de la technique de l’insecte stérile pour augmenter la confiance des acheteurs

mouche_des_fruits.jpg

Une nouvelle installation à Port Augusta en Australie va produire chaque semaine 50 millions de mouches de fruits stériles  pour aider l’Australie du Sud à garder son statut exempt de parasites, dans une étape qui devrait contribuer à améliorer l’image du pays sur les marchés étrangers.

 

Ces nouvelles mesures permettront l’accès sécurisé des producteurs d’agrumes et d’amandiers dont des marchés tels que les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et le Japon avec une valeur de plus de 800 million de dollars australiens cette année.

 

La technique de l’insecte stérile (TIS) introduit des mouches stériles dans l’environnement avec la population sauvage, par conséquence quand les mouches s’accouplent aucune progéniture n’est produite.

 

Phil Taylor, Professeur de l’université de Macquarie a dit que la mouche, connue sous le nom de “Qfly” parce qu’elle vient du Queensland (Etat d’Australie), présente le plus grand défi de biosécurité pour la plupart des producteurs des fruits australiens.

“Les mouches des fruits, en particulier le mouche des fruits en provenance de Queensland, présentent un vrai défi à la production horticole en Australie”, a déclaré Taylor.

 

“Depuis des générations, l’Australie a compté sur les insecticides synthétiques pour protéger ses cultures, mais ceux-ci sont maintenant interdits pour de nombreuses utilisations. Des solutions respectueuses  à l’environnement ont devenues une nécessité, c’est notre objectif”.

“Le but de cette initiative est de garantir et d’améliorer l’accès aux marché national et  international pour l’Australie du Sud.”

 

Taylor a affirmé que la technologie de l’installation de l’insecte stérile augmente la confiance des acheteurs étrangers et fait de l’Australie un fournisseur plus fiable.

 

Le Ministre de l’Agriculture de l’Australie du Sud Leon Bignell a déclaré que le centre qui est de 3.8 million de dollars australiens  produira  les males stériles de la Qfly.

“Le gouvernement de l’État a investi 3 millions de dollars et le centre d’innovation l’horticulture d’Australie a contribué avec 800 000 dollars dans ce projet et la construction devrait durer 10 mois”, a déclaré Bignell.

 

“Alors que la mouche des fruits constitue un problème majeur pour les cultures horticoles dans d’autres états du continent Australien, l’Australie du Sud reste indemne de la mouche des fruits, mais le risque de contamination est présent”.

 

“La production des males stériles de la Qfly n’a jamais été fait auparavant à cette échelle, ce projet aura un impact énorme sur la façon dont nous traitons ce fléau,” conclut Bignell. 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *