Un insecte capable de contrer Drosophila suzukii a été identifié dans le Trentin

Grâce à la découverte récente, en Italie, de Leptopilina japonica, un parasitoïde capable de lutter contre Drosophila suzukii, de nouvelles perspectives s’ouvrent dans le domaine de la lutte biologique contre ce lépidoptère qui se nourrit de la pulpe des petits fruits et qui cause d’énormes dégâts aux producteurs en Italie et dans le monde entier.

“Suite à cette première découverte – expliquent Alberto Grassi et Simone Puppato du Centre de Transfert Technologique Fem – une étude spécifique a été lancée qui impliquait l’échantillonnage de fruits cultivés et sauvages collectés directement sur la plante et stockés dans une chambre climatisée afin de vérifier l’émergence possible d’autres parasitoïdes exotiques “.

“L’enquête – ajoutent-ils – est toujours en cours, mais il est désormais possible d’affirmer que la présence de Leptopilina japonica est déjà répandue dans la province, car elle a été trouvée dans cinq autres sites éloignés jusqu’à 20 km de distance les uns des autres et localisés à des altitudes comprises entre 211 et 685 mètres”.

Cet insecte, trouvé dans un verger de cerise de la vallée de l’Adige (Italie), présente des similitudes et intègre valablement l’activité qui sera exercée par un autre parasitoïde, Ganaspis brasiliensis, tout juste importé de Suisse et actuellement testé dans les locaux de quarantaine du Fem et qui reste le principal candidat dans la mise en œuvre de la lutte biologique.

Les deux insectes réaliseront une action synergique dans le contrôle biologique de Drosophila suzukii. La découverte a été faite dans le cadre d’un doctorat de recherche réalisé par la Fondation Edmund Mach et l’Université de Molise avec la contribution de Sant’Orsola S.c.a. et, plus généralement, il est le résultat du projet « lutte biologique contre les espèces exotiques » financé par la Province autonome de Trente.

Le suivi territorial effectué par le Fem afin de vérifier l’évolution de la population, le niveau d’infestation des fruits cultivés et spontanés et la présence d’antagonistes de Drosophila suzukii, un insecte qui continue de causer des dommages considérables aux cultures des fruits rouges, a donc permis la capture d’un parasitoïde extraterrestre, jamais trouvé en dehors de son aire d’origine et jamais signalé jusqu’à présent en Europe.

Leptopilina japonica est très active dans les zones d’origine (Asie) sur les larves de Drosophila suzukii. Après la reconnaissance initiale, basée sur les caractères morphologiques, une confirmation a été requise par analyse moléculaire, dont la réponse est venue récemment et a confirmé la première identification.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *