VUE D’ENSEMBLE SUR LE MARCHÉ MONDIAL DE LA TOMATE

L’ambiance sur le marché européen est sombre. Les vendeurs aux Pays-Bas et en Belgique sont pessimistes quant à la situation des prix, bien que cela ne soit pas surprenant pour les premières semaines de la nouvelle année.

Selon un commerçant belge, l’offre est tout simplement trop importante car tous les pays ont connu une bonne récolte, même si les producteurs espagnols d’Almeria ont été confrontés à diverses maladies. Les producteurs italiens sont satisfaits du début de la saison. L’ambiance est également positive au Maroc. Aux États-Unis, la demande est limitée en raison des conditions hivernales, mais le marché est en équilibre. Les commerçants sud-africains attendent avec impatience la fin des fêtes de fin d’année.

Les tomates figurent dans le classement des légumes les plus consommés dans le monde. En 2016, 177 millions de tonnes de tomates ont été cultivées dans le monde. Cela signifie que la production était presque 30% plus élevée que dix ans plus tôt. Environ 5 millions d’hectares de tomates ont été plantés sur toute la terre. En moyenne, 3,7 kilos par mètre carré sont récoltés à partir de cette superficie. Les plus gros producteurs sont la Chine et l’Inde, bien que le rendement en Inde soit faible et inférieur à 2,5 kg par mètre carré. Cela contraste fortement avec les rendements obtenus par les producteurs aux États-Unis (9,03 kg / m2), en Espagne (8,62 kg / m2) et au Maroc (8,08 kg / m2). Le rendement hollandais dépasse largement le reste du monde avec une moyenne de 50,7 kg / m2.

Maroc: les exportations des tomates ont augmenté grâce au soutien du gouvernement

Au cours des dernières décennies, le secteur de la tomate s’est énormément développé grâce à la modernisation des techniques et des matériaux utilisés. Les tomates sont l’une des cultures les plus importantes au Maroc. La superficie est de 18 642 hectares, avec une production de plus de 1,2 million de tonnes en 2016. Cela signifie que le secteur génère des milliers d’emplois dans ce pays d’Afrique du Nord, et grâce à l’exportation du produit, la tomate est un pilier important de l’économie du pays.

Le secteur de la tomate est divisé en trois parties. La production de serre précoce est principalement concentrée dans les régions de Souss-Massa. Ces tomates sont largement exportées vers l’UE, la Russie et le Canada. Les tomates de saison cultivées en plein champs dans les régions de Moulouya, Temara-Skhirat et Casablanca trouvent principalement leur place sur le marché local. La superficie des tomates plein champs a augmenté de 14% à 20% au cours des dix dernières années (depuis le début du Plan Maroc Vert). Le rendement est cependant resté stable.

La production saisonnière est beaucoup plus faible et les cultures sont principalement situées dans les régions côtières. Les ventes sont principalement concentrées sur le marché local. La production est restée stable depuis la campagne 2008-2009. Les tomates sont également cultivées pour la transformation industrielle. Ces cultures peuvent être trouvées dans les régions de Mèknes, Marrakech et Beni Mellal. Bien que la superficie ait fortement diminué ces dernières années, passant de 4 503 hectares à seulement 420 hectares, le rendement s’est considérablement amélioré.

Depuis l’annonce du Plan Maroc Vert, les exportations ont augmenté de 56%. En une décennie, les exportations sont passées de 344 000 tonnes à 537 000 tonnes. Le chiffre d’affaires en monnaie marocaine a augmenté de 139%, passant de 2,03 milliards de dirhams à 4,8 milliards de dirhams.

UE: superficie décroissante, rendement plus élevé

Malgré les investissements réalisés pour prolonger la saison, l’UE s’attend à ce que la production de tomates reste stable. Grâce à la segmentation, la valeur de la production augmente réellement. L’UE a produit environ 18 millions tonnes de tomates au cours de la campagne 2016/2017, dont 40% ont été vendues sur le marché du frais. Ensemble, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne et la France représentent 75% de la production de tomates pour la consommation fraîche. Cette répartition est différente pour l’industrie de la transformation, les productions espagnole, italienne et portugaise étant les plus prédominantes. Ces pays fournissent 94% des tomates destinées à la transformation.

Le volume de production n’a pas montré de réels de croissance ces dernières années; en fait, une estimation révèle que l’UE s’attend à une baisse de 1,4% d’ici 2030, bien que davantage d’argent soit consacré à la culture de la tomate. Grâce à l’introduction de nouvelles variétés, notamment dans le segment des snacks et cocktails, la valeur du produit dans la chaîne s’est améliorée. En effet, il a progressé de près de 20% en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne sur la période 2006-2016. Et bien que la surface soit sous pression, le rendement s’améliore grâce aux investissements consentis pour prolonger la saison. La campagne d’été traditionnelle dans les pays du nord est prolongée jusqu’aux mois d’hiver, et la saison d’hiver traditionnelle dans les pays du sud se poursuit dans les mois d’été.

En moyenne, les Européens consomment 15 kilos de tomates par an. Ce chiffre n’a pas changé ces dernières années, mais sera sous pression dans les années à venir. Selon les estimations, la consommation en 2030 s’élèvera à 14,4 kilos par an et par habitant.

Royaume-Uni: le plus grand producteur de tomates se développe

Le plus grand producteur de tomates britannique a annoncé une expansion. La société investit dans une nouvelle serre sur l’île de Wight, où plus de place sera également réservée à la culture biologique.

Espagne: Grande pression des maladies à Almeria

Les producteurs de la région d’Almeria ont souffert de nombreuses maladies cette année, en particulier l’aleurode et Tuta absoluta. Selon certains commerçants, ceci est le résultat d’une croissance toujours plus rapide de la superficie et du changement climatique.

Les producteurs avec une petite superficie (2-3 hectares), qui représentent environ 80% du secteur à Almeria, ont décidé de planter les tomates en retard pour réduire la pression des maladies. De plus, il faisait plus froid que d’habitude en octobre et en novembre, ce qui a entraîné un début de saison tardif. «Les quelques cultivateurs qui ont pu fournir entre septembre et novembre ont reçu de bons prix, mais tout a changé autour de Noël, lorsque la température a atteint des niveaux inhabituels, provoquant un pic de production», explique un commerçant. En raison de la réduction de la superficie, la situation va changer à nouveau dans les prochaines semaines. Les producteurs choisissent de cultiver des poivrons plutôt que des tomates. En outre, les exportateurs espagnols profitent de l’écart laissé sur le marché européen par le fait que la Turquie et le Maroc se concentrent davantage sur l’exportation vers la Russie. “Ce sera une bonne année de tomates en termes de prix”, prédit un commerçant. Les producteurs plantent plus de tomates cerise avec un rendement élevé, une longue durée de conservation et un bon goût.

États-Unis: Bon approvisionnement et marché stable

Selon un commerçant, l’offre est actuellement abondante. Il y a une production domestique disponible en Floride et au Texas, ainsi que des importations en provenance du Mexique. La demande est stable. «L’offre et la demande sont équilibrées dans la plupart des cas, les gens ne vont pas chercher des salades avec le froid et la neige à cette période de l’année», explique un commerçant. Les prix sont sous pression car l’offre du Mexique arrive à un bon rythme. La saison de la Floride a été légèrement retardée par les ouragans à l’automne 2017. Les coûts logistiques sont considérables pour les commerçants. Les tarifs pour les camions augmentent généralement à l’approche de Noël, mais contrairement aux années précédentes, les tarifs n’ont pas vraiment baissé par la suite.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *