La saison des oranges d’Afrique du Sud embrouillée par l’Egypte

Les exportateurs sud-africains d’oranges ont connu une saison « intéressante » cette année en raison d’une récolte égyptienne plus importante, selon le chef de la société Sundays River Citrus Company (SRCC) basée à Cap-Oriental, en Afrique du Sud.

Le Directeur Général, Hannes de Waal, a déclaré que des volumes plus importants du pays d’Afrique du Nord signifiaient qu’il persistait sur les marchés plus longtemps que d’habitude.

« Nous avons une saison d’orange très intéressante. L’Egypte est plus disponible sur le marché, et cela a certainement été un peu difficile », a-t-il dit.

Il a expliqué que la situation avait conduit à un taux de vente inférieur à la normale.

« Cela va évidemment créer des problèmes à l’avenir. Il nous a semblé en début juillet que le marché européen commençait à lever la tête, mais on se retrouve avec un marché dont le prix est inférieur à celui de la même période de l’année dernière. »

Il a ajouté que la récolte d’oranges de la variété navel de l’Afrique du Sud, ayant connu un déclin l’année dernière, est actuellement plus proche d’un niveau normal.

Il semble que les volumes de fruits égyptiens sont en déclin en Europe, mais le grand test serait en août quand la saison des vacances européennes commence. D’après le représentant

« Si les taux de vente peuvent être maintenus pendant cette période, tout ira bien. Mais traditionnellement, cela montre que le taux de vente peut être plus lent. Cela peut rendre les choses un peu plus dures que d’habitude», a-t-il dit.

Il a également expliqué qu’il y’a très peu d’informations sur les prévisions de récolte en Egypte, contrairement à l’Afrique du Sud, au Chili et à l’Argentine.

« On n’a aucune idée de ce que l’Egypte est en train de faire. Ils ne publient pas d’informations », a déclaré De Waal.

« Nous avons toujours su que l’Egypte allait se développer de manière agressive, et je pense que leur jeu se met à niveau. Il y a quelques années, ils avaient des problèmes avec les résidus de pesticides en Europe, mais je ne pense pas que ce soit le cas. Leur qualité est à égalité avec n’importe qui d’autre dans le monde. Ils sont évidemment des producteurs formidables. Si cela est une indication sur les choses à venir, ça serait certainement un impact sur l’offre mondiale des oranges. »

Saison de citron positive

Pour les citrons, De Waal a déclaré que la campagne se déroulait de manière positive. Ceci en dépit du fait que les prix du marché mondial ne sont pas aussi élevés.

À l’heure actuelle, il a déclaré que les stocks de citrons disponibles sur le marché mondial pourraient être légèrement inférieurs à ceux de l’an dernier. Il a en partie attribué cela à l’Argentine, où les précipitations ont affecté la production et entraîné une baisse des exportations par rapport aux prévisions.

« Nous sommes plutôt satisfaits. Nos importateurs nous disent qu’ils obtiennent de bons taux de ventes. En Europe, nous sommes très contents », a-t-il déclaré.

Il y a eu une croissance impressionnante en particulier dans la catégorie des fruits à faibles résidus, a-t-il dit.

Les États-Unis pourraient être un bon marché des oranges Navel en retard

Interrogé sur ses attentes pour le marché américain, où la société Sundays River Citrus pourrait bientôt exporter, De Waal s’est montrée optimiste quant aux perspectives d’avenir.

Actuellement, seuls les producteurs de l’ouest et du nord du Cap peuvent exporter vers le marché, mais les autorités américaines sont sur le point de publier une règle finale autorisant l’importation de plusieurs variétés d’agrumes et d’hybrides dans les régions continentales des États-Unis connues par l’apparition des tâches noires.

La règle finale devrait entrer en vigueur en septembre, a déclaré le ministre sud-africain de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche (DAFF) en juin.

« Cela pourrait être un marché important … nous sommes très positifs par rapport à ce développement », a déclaré De Waal.

Il a déclaré que la région de Sundays River serait en mesure de bien desservir le marché américain. Navels tardifs, Nardocotts et ClemenGolds sont parmi les produits qui seraient probablement ciblés pour les États-Unis.

La température d’expédition exigée actuellement par les autorités américaines pour les citrons rendrait difficile l’expédition de ce fruit, a-t-il dit, mais il a souligné que les deux pays avaient la même attitude vis-à-vis du faux carpocapse.

« De ce fait, je m’attends à ce que cela soit levé dans le temps et ce sera aussi un bon marché pour le citron », a-t-il dit.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *