Un scarabée inquiète les producteurs de l’Afrique du Sud

Un petit scarabée destructeur met le secteur fruitier sud-africain en alerte alors que le groupe sectoriel Hortgro vise à obtenir des fonds pour la recherche.

Le petit coléoptère, qui a déjà endommagé les arbres dans les villes d’Afrique du Sud, suscite maintenant des préoccupations dans le secteur des fruits.

Le coléoptère, appelé foreur polyphage (PSHB), est porteur de champignons pathogènes et menace la vie des arbres en Afrique du Sud, creusant des trous dans les troncs d’arbres vivants, en bonne santé pour la plupart, où il cultive un jardin fongique.

Hortgro a déclaré aux producteurs que le financement d’un nouveau projet de recherche sur la capacité du champignon véhiculé par le dendroctone à infecter les arbres fruitiers à feuilles caduques, ainsi que les espèces d’arbres brise-vent les plus communes, est sur le point d’être finalisée.

Ailleurs, des inquiétudes ont été exprimées quant à la vulnérabilité du secteur de l’avocat aux dommages causés par le dendroctone.

On signale que plusieurs cultures agricoles cultivées en Afrique du Sud sont des hôtes, bien qu’elles soient pour la plupart des hôtes non reproductifs du dendroctone.

Des articles scientifiques ont noté que les avocats sont des hôtes reproducteurs extrêmement susceptibles. Ils notent que la production d’avocat en Israël et en Californie a été considérablement affectée par ce ravageur. En Afrique du Sud, des avocatiers d’arrière-cour se sont infestés à Sandton et à Knysna.

Il n’a pas encore été trouvé dans des vergers d’avocats commerciaux, bien qu’il y ait eu une infestation dans un verger commercial de noix de pécan dans le Northern Cape, ainsi que dans un seul pacanier à Nelspruit.

PSHB a déjà provoqué des ravages généralisés parmi les arbres de Gauteng et a été observé dans le Cap occidental plus tôt cette année. Un produit chimique, qui s’est avéré efficace contre le dendroctone, a récemment été enregistré par Pan African Farms, mais les experts ont averti qu’une recherche objective et indépendante est nécessaire avant de pouvoir être considérée comme une solution.

Hortgro dit qu’au cours des derniers mois, des producteurs inquiets l’ont contacté au sujet des risques d’infection associés au PSHB, à la suite de la découverte du coléoptère à Somerset West.

«Bien qu’il n’y ait actuellement aucun signe de coléoptère dans les vergers de vergers à feuilles caduques, sa présence à proximité rend les producteurs mal à l’aise», dit Hortgro.

Matthew Addison, responsable de la protection des cultures chez Hortgro Science, l’unité de recherche du secteur des arbres fruitiers à feuilles caduques, voit le risque d’infection très élevé.

« La réalité est qu’il y’a beaucoup de questions et que nous n’avons pas de réponses. Ceci nécessite des recherches.

Addison affirme qu’il existe un risque pour le secteur des arbres fruitiers à feuilles caduques lié à la distribution du coléoptère. « Les recherches que nous allons faire seront coordonnées au niveau national entre les provinces, avec différentes universités et avec le gouvernement. »

Source : fruitnet.com/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *