Un membre du Congrès appelle à protéger les agriculteurs de Floride des pratiques commerciales déloyales du Mexique

Un membre du Congrès local demande de nouvelles protections pour les agriculteurs de la Floride. Cette impulsion survient après que l’I-Team a expliqué comment votre argent contribuait à la concurrence au Mexique.

“Les agriculteurs, tout ce qu’ils veulent, c’est un commerce juste. Pas le dumping et toutes les autres pratiques anti-commerciales qui sont en cours”, a déclaré mardi à la presse le député Vern Buchanan, de Longboat Key.

Buchanan a rejoint le Florida Farm Bureau pour discuter de ses efforts pour aider les producteurs de fruits et de légumes de Floride, accusant le Mexique de pratiques commerciales déloyales. Cette année, il a présenté un projet de loi intitulé «Loi sur la défense de la production nationale de produits nationaux».

“Je pense que notre projet de loi les amènera davantage à la table et tentera d’éliminer une grande partie de la folie qui règne dans l’industrie.”

Buchanan fait pression pour une législation fédérale qui, dit-il, uniformiserait les règles du jeu pour les agriculteurs de la Floride, qui font concurrence aux produits moins chers importés du Mexique.

«Ils ne paient que peu ou rien pour leur travailleurs», a déclaré Buchanan à propos du Mexique.

Cet appel à l’action intervient après que l’I-Team eut découvert que l’Université de Floride avait développé de nouveaux types de myrtilles pour les producteurs de Floride, puis vendu les droits de culture de ces mêmes myrtilles à des fermes concurrentes au Mexique.

L’université publique accorde également des licences aux producteurs de myrtilles en Argentine, au Brésil, au Chili, au Pérou et au Japon. UF a rapporté l’an dernier plus de 5 millions de dollars de redevances sur les myrtilles entre des producteurs étrangers et des agriculteurs de Floride. UF affirme que 70% de ces redevances sont réinvesties dans son programme de sélection de myrtilles.

Les dirigeants de l’UF ont déclaré que l’université créait de nouvelles variétés de myrtilles pour aider les agriculteurs de la Floride, tels que Bill Braswell, à gagner leur vie.

Au cours des trois dernières années, les contribuables ont versé près d’un demi-milliard de dollars à l’Institut des sciences de l’alimentation et de l’agriculture d’UF, qui abrite le programme de sélection des myrtilles.

Le Dr. Jack Payne, vice-président et principal décideur de cet institut, a déclaré à l’I-Team qu’il était impossible pour l’université de mettre un terme au vol international de plantes.

“Vous ne pouvez empêcher aucun pays de l’utiliser, nous essayons donc de le contrôler et de gagner de l’argent pour le réinvestir”, a déclaré Payne à l’I-Team le mois dernier.

Le membre du Congrès Darren Soto, de Kissimmee, a déclaré que des changements étaient nécessaires.

“Je pense que l’Université de Floride et les autres universités qui touchent des subventions foncières devraient veiller à ne pas conclure d’accords de licence qui nuiraient aux agriculteurs qu’elles sont censées aider. Si elle est financée par les contribuables de la Floride au profit de l’agriculture de la Floride, alors cela devrait être la mission cohérente », a déclaré Soto.

Soto est l’un des douze législateurs de la Floride qui ont adhéré au projet de loi de Buchanan.

Dans une déclaration envoyée à l’I-Team mardi, Soto a écrit:

«Nos producteurs de myrtilles sont confrontés au dumping agricole du Mexique. Ce projet de loi, entre autres efforts, vise à donner à ces agriculteurs la possibilité de poursuivre en justice les violations de l’ALENA (et de l’accord avec l’USMC si elles sont approuvées) avec l’Organisation mondiale du commerce. Nous travaillons également avec UF pour établir une politique de licence étrangère plus appropriée afin de mieux protéger nos producteurs de myrtilles. »

Depuis l’enquête menée par l’I-Team, l’université s’est engagée à changer ses habitudes en informant la Florida association des producteurs de myrtilles de faire passer les producteurs de la Floride au premier rang lorsqu’il s’agit de passer de nouveaux accords avec des concurrents.

Dans un courriel adressé à l’association, représentant environ 500 producteurs, les dirigeants d’UF ont écrit: «Dans les pays étrangers qui constituent une menace potentielle pour la concurrence, nos nouvelles licences contiennent des clauses interdisant l’importation aux États-Unis de fruits de nos variétés sous licence pendant la période de production de myrtilles. “

L’université doit encore indiquer si elle envisage de réviser ses accords actuels.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *