« Un marché de pamplemousses vides, un départ tardif pour les mandarines Satsuma et un début de vente de Navel sur palettes »

Avec des températures encore relativement basses en Europe, il s’agit d’un climat parfait pour les agrumes, ce qui signifie que la consommation est à un niveau plus élevé que l’an dernier. Niek van Riesbergen, directeur commercial d’Exsa Europe, envisage la saison sud-africaine avec un début tardif pour les mandarines Satsuma, un début précoce attendu pour les programmes de vente au détail avec les oranges. De plus, il est optimiste quant aux prix des citrons, sans oublier de très hauts prix pour les pamplemousses.

« Avec notre partenaire et actionnaire Lona, nous préparons depuis un certain temps la saison des agrumes en Afrique du Sud. Lona est l’un des cinq plus grands producteurs/exportateurs d’agrumes d’Afrique du Sud. Elle possède une bonne répartition des exploitations précoces à tardives. La connaissance, c’est le pouvoir. Avec nos producteurs et nos clients, nous échangeons autant d’informations que possible pour que la saison se déroule aussi bien que possible », explique le directeur commercial.

« Le rendement des mandarines Satsuma en Afrique du Sud est nettement plus faible que prévu. La saison a commencé trois semaines plus tard, mais malgré cela, nous ne voyons pas une demande beaucoup plus importante de la part du marché. Traditionnellement, le Royaume-Uni est le principal marché des Satsumas, suivi de la Russie. Le marché européen n’est pas un acteur important pour Satsumas. Les détaillants d’Europe du Nord se tournent actuellement vers les Clémentines car les mandarines d’Europe du Sud ne sont plus sur le marché. »

« Après environ six semaines, ils passeront aux variétés tardives comme le Tango et le Nadorcott. Il y a eu une importante plantation de ces variétés ; on s’attend à une croissance de 13 à 15 %. Personnellement, je ne vois pas cela comme une menace. Ces dernières années, ces variétés se sont caractérisées par une formation de prix élevée, mais si les prix sont plus favorables, cela permettra également d’acheter des volumes plus importants sur le marché. »

« Dans le domaine des oranges, les ventes de Navels ont commencé en palettes. Nous voyons désormais les expéditions se mettre en route. Les premières impressions en ce qui concerne le niveau de jus sont très bonnes et le brix de 13/14 pour les premières oranges est exceptionnellement élevé. Les oranges précoces ont souffert des dommages causés par le vent ici et là », dit Niek. « Les informations sur la disponibilité des oranges de consommation en provenance d’Espagne sont très variées. Nous nous attendons à ce que les programmes de vente au détail commencent plus tôt que l’année dernière. Le volume est presque égal à celui de l’an dernier. Parmi les variétés de Valencia, on s’attend à une réduction de 3-4%, mais c’est une goutte d’eau dans l’océan et cela ne fera pas de différence sur le marché dans son ensemble. »

« La plantation de citrons a également beaucoup augmenté, surtout au Cap-Oriental. Des géants comme Coca-Cola répartissent leurs risques et investissent dans ces plantations. On s’attend à ce qu’un pourcentage important de ces plantations supplémentaires soit absorbé par l’industrie de transformation », selon Niek. Exsa Europe a maintenant reçu les premiers citrons sud-africains, ce qui est très tôt. Les indications de prix sont bonnes. Les Primofioris espagnols sont déjà sur le marché et il y a beaucoup de citrons d’Alverne, bien qu’ils ne soient généralement guère consommés en Europe du Nord, ce qui laisse la voie ouverte pour l’Afrique du Sud. La grande question est de savoir quelle sera la taille des cargaisons en provenance d’Argentine. D’après ce que j’ai entendu, les premiers arrivages ne sont pas comme nous l’avions espéré à cause de la pluie, qui pourrait également faire naître une demande pour les citrons sud-africains.

Enfin et surtout, il y a aussi un marché de pamplemousses complètement vide. « Les indications étaient qu’il y aurait 10 % de pamplemousse en moins, mais ces volumes ont déjà été ajustés de 300 000 à 400 000 cartons cette semaine. En raison du temps sec et des vents, il y a eu beaucoup de dégâts et les rendements sont considérablement plus faibles. En ce moment, les rendements seront en ligne avec 2018 ou même 2017, qui a été une année avec une récolte exceptionnellement faible. Le marché est maintenant vide et le pamplemousse est à peine disponible des deux côtés. Au cours des prochaines semaines, la disponibilité augmentera légèrement, mais les pénuries seront structurelles », selon M. Niek.

Source : freshplaza.fr/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *