Tomate : Une souche du virus TYLC menace la culture en Italie

Les mondes de la recherche et de l’université sont de plus en plus préoccupés par le secteur des produits frais siciliens. L’île produit près de la moitié des tomates de table italiennes avec des effets significatifs sur la société et l’économie. La Sicile est donc stratégique pour l’agriculture du pays, mais elle doit actuellement faire face à au moins deux problèmes majeurs.

Salvatore Walter Davino, l’un des principaux experts du virus de la tomate et professeur au Département des sciences agricoles, alimentaires et forestières de l’Université de Palerme.

Virus de New Delhi                                                            

“Le premier problème auquel nous devons faire face est le virus de New Delhi, apparu en Sicile en 2015. L’Espagne a été le premier pays européen touché et tout a commencé avec des cucurbitacées, puis le virus est passé aux tomates après environ 4 ans.”

“Nous surveillons actuellement les cultures de tomates, les données collectées dans la péninsule ibérique pourraient fournir des informations sur la façon de résoudre le problème, d’autant plus qu’il est très probable que les choses évolueront de la même manière.”

Un problème ne vient jamais seul!

“Un autre grand problème est la souche IL23 du TYLCV qui est apparue de manière autonome comme une recombinaison génétique des virus TYLCV et TYLCSV.”

“A partir des études menées jusqu’à présent, il semblerait que cette nouvelle souche ait la capacité de surmonter la tolérance des variétés à la souche précédente, ce qui est un problème extrêmement sérieux, car il n’existe actuellement aucune variété de tomate capable de tolérer cette maladie. La nouvelle variante a été observée pour la première fois à Vittoria (RG) et s’est ensuite déplacée vers la province de Caltanissetta, et grâce aux hivers doux, le vecteur Bemisia tabaci pourrait en effet proliférer et contaminer les zones voisines.

Un avenir à risque pour de nombreux producteurs

La situation décrite par le professeur Davino est alarmante pour un territoire où la tomate est la culture principale. La culture sous serre sicilienne nécessite une intervention rapide si elle ne veut pas compromettre des milliers d’entreprises. Les institutions ont été informées du danger dès le début et la région de Sicile a financé un projet de deux ans pour étudier le problème.

Ce secteur donne du travail à plus de 100 000 personnes dans la région entre Licata et Portopalo di Capopassero.

“Au cours des prochains mois, nous serons en mesure d’effectuer une véritable évaluation qui tiendra compte non seulement des aspects phytopathologiques qui affectent le territoire, mais aussi de la perte économique qui découlerait d’une pandémie.”

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *