Tomate marocaine : la fraude dans l’étiquetage augmente la tension entre agriculteurs et commerçants à Almería

L’importation de fruits et légumes du Maroc pour une vente ultérieure en Espagne provoque une escalade des tensions entre les agriculteurs et certains commerçants d’Almería. Andrés Góngora, l’un des dirigeants syndicaux les plus actifs dans la dénonciation du ré-étiquetage des produits marocains, a passé plusieurs heures lundi dans un cachot et fait face à une éventuelle enquête judiciaire. La garde civile d’El Ejido l’a interrogé au sujet d’une manifestation qui s’est déroulée le 18 février devant l’entrepôt Intercontinental de Verduras, une entreprise qui importe des légumes du Maroc.

L’incident a été enregistré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux de COAG Almería. On observe comment José Luis Seoane, un partenaire de l’entreprise, tente de quitter l’entrepôt et fait face à des dizaines de personnes qui l’insultent et lui jettent des concombres. Il finit par recevoir un coup de pied quand il essaie de monter dans sa voiture pour retourner à l’entrepôt sous une pluie de légumes.

“Je me suis vu entouré de gens, m’insultant, jetant des choses. J’ai tenu le coup”, explique Seoane, qui réitère qu’il n’a dénoncé personne spécifiquement parce qu’il ne savait pas qui protestait, et qu’il n’a montré la vidéo qu’à la garde Civil.

Lundi, les agents ont recueilli une déclaration d’Andrés Góngora, un syndicaliste du COAG. Il a passé plusieurs heures dans le cachot et a évité de répondre aux questions. Il se défend : “C’est une fausse plainte : je n’ai blessé ni menacé personne”.

“Ils ont des machines pour reconditionner ce qui vient du Maroc”

La tension que montre la vidéo, avec des cris de “chorizo” et “achète les produits d’ici”, trouve son origine dans la fraude commise dans certains entrepôts d’El Ejido où les étiquettes des fruits et légumes marocains sont changées pour les revendre comme s’ils avaient été produits à Almería. Comme indiqué par eldiario.es, le gouvernement andalou a ouvert six procédures disciplinaires après avoir détecté cette fraude présumée ou tout autre non-respect de la documentation.

Des organisations agraires affichent des vidéos de boîtes marocaines vides à l’extérieur d’un entrepôt. “C’est public et notoire”, dénonce David Sánchez, avocat d’Agricultura Viva et président de l’Anseprim, l’association nationale du secteur primaire : “Certaines entreprises ont des machines dédiées au reconditionnement de ce qui vient du Maroc. D’autres le jettent dans des conteneurs avec toute insolence, à la porte de la société commerciale “.

Góngora dénombre une trentaine de plaintes déposées par COAG depuis l’été dernier à l’encontre des entreprises qui importent des produits du Maroc. S’ils importent simplement les produits du Maroc et le revendent en tant que tel, ils se conformeront à la loi. Mais parmi ces 30 il y aurait aussi les six enquêtés par la Délégation territoriale de l’Agriculture, pour lesquels un inspecteur a déjà établi un procès-verbal d’infraction pour constatation d’irrégularités.

“Pas une seconde de plus d’activité”

Góngora et Sánchez exigent que l’administration adopte des mesures conservatoires. “Lorsqu’il peut être démontré qu’ils modifient l’étiquetage, cette entreprise doit être fermée pour fraude. Pas une seconde de plus”, a déclaré Góngora, qui estime que l’administration et les lois sont “douces” face à une “clameur”. David Sánchez souligne que le rapport des inspecteurs a une présomption de véracité. “S’ils ont détecté que le ré-étiquetage est en cours, l’administration devrait immédiatement arrêter [la société], car sinon, ils collaborent avec une fraude.”

Des sources officielles du gouvernement andalou expliquent que les sociétés enquêtées peuvent présenter des allégations et insister sur le fait que les dossiers ne sont pas publics jusqu’à ce qu’il y ait, le cas échéant, une sanction. Il sera ensuite publié dans la BOJA. Il sera rapporté “lorsque la loi le permettra”, a déclaré vendredi la conseillère Carmen Crespo.

“Les troubles continuent de croître. Il n’y a pas de transparence pour quelque chose qui est bien connue de tout le monde. Nous subissons une concurrence déloyale sous notre nez”, proteste Góngora.

Le gouvernement andalou refuse également de divulguer les six auteurs présumés et a refusé de figurer dans le dossier d’Agriculture Live in Action.

“Cela arrive parce que parfois le produit espagnol fait défaut”

Pendant ce temps, la méfiance s’est installée envers de nombreuses sociétés importatrices. Cela a provoqué des situations comme celle du 18 février dernier, lorsque des dizaines d’agriculteurs, protestant contre les bas prix, se sont retrouvés devant l’entrepôt intercontinental de légumes. “J’ai seulement déclaré publiquement que cette entreprise apportait des produits du Maroc en masse”, explique Góngora.

“Nous ne sommes pas des opportunistes, et nous ne l’avons jamais été”, explique Seoane, l’homme soupçonné. Mardi, il a reçu la visite des inspecteurs et, il y a une semaine, de la police, mais dit qu’ils n’ont rien trouvé d’irrégulier. “On ne peut pas changer d’étiquettes ou d’emballages car je n’ai pas de personnel. Seules deux personnes travaillent ici. Des produits espagnols sont également nécessaires, et 100% de mon volume est marocain. Tout indique ” Origine : Maroc “, se défend-il. Il s’assure que les cartons sont sérigraphiés et étiquetés avec toutes les informations, et que leurs camions ne cachent pas leur origine. Il n’y a pas de confusion possible, insiste-t-il.

Bien sûr, Seoane ignore ce que ses acheteurs font avec le produit : “Cela se produit parce que parfois les produits espagnols manquent et [les grands distributeurs] regardent dans l’autre sens. Si quelqu’un vient m’acheter une palette, je vais vendre une palette avec origine du Maroc. Ce qu’il fait avec lui n’est plus mon problème. ” “Cette fraude [de l’étiquetage] n’est pas le fait de petites entreprises comme la mienne, mais d’autres qui achètent chez moi ou chez d’autres, puis font ce qu’elles veulent. Ce sont de grandes entreprises qui travaillent avec de grandes entreprises de distribution”, dénonce-t-il, avant d’admettre qu’il pense qu’il a eu des clients qui se sont livrés à cette pratique.

“Ils essaient de confondre”

Pour certains agriculteurs, l’installation dans la région d’El Ejido d’entreprises qui ne travaillent qu’avec des produits marocains est trompeur. “Nous avons vu des emballages où c’est écrit Maroc, mais subtilement : tout le reste est en espagnol. Le CIF de l’entreprise : Almería. Ils essaient de les confondre en montrant qu’ils sont des agriculteurs d’Almería et c’est pourquoi ils sont ici. Nous voulons qu’ils partent. Ils en profitent”, dénonce Andrés Góngora, qui demande “de les séparer du secteur”.

Pour sa part, Seoane insiste sur le fait que son entreprise peut être aimer ou non, mais c’est légal. “Je n’ai rien à cacher.”

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *