Tomate 2016-17, campagne à climat atypique : conséquences sur les productions de tomate et recommandations de BASF

Tomate, BASF,Souss, Conditions climatiques, Traitement, Maladie, Poivron

L’équipe de BASF Maroc se doit de vivre en interaction avec ses partenaires (producteurs et distributeurs) chaque moment décisif de leur processus de production. Elle n’hésitera pas à apporter et partager ses idées en matière de production, en particulier celle liées à la protection phytosanitaire.

Un flash-back rapide sur le démarrage de la campagne 16-17 dans la région du Souss :

-Les mois de Juillet et Août étaient marqués par un climat très chaud avec récurrence des périodes très chaudes et sèches.

-Le démarrage des cultures de tomate durant ces deux mois n’était pas chose facile pour une grande partie des professionnels.

Les stress répétés subis par les cultures, pour la plupart jeunes, ont eu pour conséquence le décalage des plantations pour certains producteurs, freiné et perturbé le développement des cultures chez d’autres.

Conséquence, la nouaison sur les premiers bouquets et la qualité des fruits, sur les cultures qui ont pu surmonté ces conditions extrêmes, en ont été significativement affectées.

Les tonnages attendus sur le mois d’octobre seraient inférieurs par rapport à ceux de la même période de la campagne précédente (15-16). Les prix sur le marché local et à l’export, plutôt attrayants, en sont les grands indicateurs.

 Par ailleurs, si les conditions de la météo, durant les mois de juillet et août, étaient en concordance avec la saison estivale et même extrêmes, le climat ayant caractérisé le mois de septembre et ce début d’octobre est tout à fait différent de l’année dernière et de la même période des années normales.

Nous avons tous assisté à un mois de septembre relativement plus frais et plus humide avec quelques 2-3 °C inférieur à la moyenne de la même période. Le climat de mois d’octobre penche vers la même tendance.

A la lumière de ces éléments, certains points doivent être soulignés et quelques conséquences sur les cultures de tomate doivent être considérées :

Les conditions extrêmes de juillet août ont certainement incité beaucoup de producteurs à privilégier la sécurité de leurs jeunes plantations en optant pour le chaulage des plastiques des serres ;

-La coïncidence de la fête du mouton avec début septembre, la rareté de la main d’œuvre durant cette période a engendré des retards sur le lavage des toitures ;

Ces conditions de faible luminosité, couplées avec la faible charge en fruits et des conditions climatiques de septembre, plutôt fraiches et humides, devraient influencer les cultures de tomate avec une tendance vers des plantes végétatives.

Le mois d’octobre, jusque-là frais et humide, devrait accentuer cette tendance favorable à la végétation.

Selon la météo nationale, les premières masses d’air humides, et éventuellement amenant les premières gouttes de la saison, devraient arriver dans les quelques jours à venir…

Le mot clé, la saison 16-17 est différente et la vigilance est de mise !!!

 Si votre culture a poussé dans ces conditions, alors quelques actions s’imposeraient :

 -Un lavage supplémentaire des plastiques, pour les cultures manquant encore de lumière, serait le bienvenu. Cette action permettrait d’aoûter les plantes encore aqueuses avant l’arrivée des conditions rigoureuses de l’hiver ;

-L’aération adéquate des serres afin de réduire l’humidité relative et minimiser les risques d’attaque précoce par les champignons phytopathogènes, en particulier le Botrytis et la Cladosporiose ;

L’adaptation des programmes de fertilisation afin d’améliorer la résistance des plantes aux maladies et améliorer la qualité des récoltes ;

L’hygiène et l’entretien des cultures et l’élimination des débris de plantes sont d’une importance cruciale pour diminuer les sources d’inoculum primaire des maladies cryptogamiques ;

L’application des traitements préventifs afin de stopper les attaques précoces des champignons phytopathogènes ;

Le passage des spécialités basiques, telles que le Mancozèbe, le Chlorothalonil ou encore le Cuivre, est une tradition et une pratique courante chez les producteurs de la région.

Mais au vu des conditions de cette campagne, il serait plus judicieux de penser dès maintenant aux fongicides plus spécifiques et à action plus rassurante.

Mieux vaut prévenir que Guérir !!!

 

Ci-dessous, un rappel sur les solutions BASF en matière de protection contre les principales maladies fongiques :

Tomate : 

ACROBAT WG : Dimethomorphe+Mancozebe

CABRIO DUO : Dimethomorphe+F500 (Pyraclostrobine)

ORVEGO : Dimethomorphe+Initium (Amétoctradine)

SIGNUM WG : F500 (Pyraclostrobine)+ Boscalide

 

STROBY WG : Kresoxim-Methyl

Poivron 

 

SIGNUM WG : F500 (Pyraclostrobine)+ Boscalide

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *