Le séquençage du génome de la courgette permet de lutter contre le virus de New Delhi

Les chercheurs de l’Université Polytechnique de Valence, en collaboration avec d’autres chercheurs Américains et Almériens ont conçu un nouveau moyen pour obtenir des variétés de courgette résistantes aux ravageurs et aux maladies, en particulier le Tomato leaf curl New Delhi virus  (ToLCNDV) communément connu comme “virus de New Delhi”.

Il s’agit d’un travail sur le séquençage du génome de la courgette, mené pendant dix ans par l’équipe de chercheurs du groupe du groupe bio-informatique et génomique et d’un groupe de l’amélioration génétique des cucurbitacées de l’Institut de la conservation et l’amélioration de agro-diversité de Valence (COMAV), de Université Polytechnique de Valence, avec la collaboration de “Virginia Polytechnic Institute and State University” et “Boyce Thompson Institute pour la recherche des végétaux” ainsi que d’autres intervenants.

Ce travail permettra d’obtenir de nouvelles variétés ayant de meilleures propriétés et plus résistantes aux ravageurs, aux maladies et aux conditions météorologiques défavorables, telles que la sécheresse et les températures extrêmes.

Les enquêtes ont commencé il y a dix ans avec des études sur la culture et l’amélioration de la courgette, suivie par le séquençage du premier transcriptome (collections de gènes qui sont exprimés dans la culture), la construction des premières cartes génétiques et des régions d’identification qui contiennent des gènes qui contrôlent les caractéristiques d’intérêt.

Selon le chef du groupe de l’amélioration génétique des cucurbitacées de COMAV, Bethléem Picó, les activités ont été initiées dans le cadre de deux projets de recherche financés par l’Institut national de recherche et de l’agriculture et de la technologie alimentaire (INIA) et ont maintenant abouti au séquençage du génome de ce légume, qui a été publié dans la revue “Plant Biotechnology Journal“.

Les travaux menés par des chercheurs espagnols est un outil  « très utile », car il facilite déjà l’identification des gènes directement impliqués, non seulement dans la résistance aux pathogènes, mais d’autres traits d’intérêt, comme le stress ou les caractéristiques organoleptiques.

Il permet également de comparer le génome de cette espèce avec des génomes déjà séquencés d’autres espèces apparentées comme le melon, le concombre, la pastèque et autres cucurbitacées, ce qui facilitera le transfert des connaissances entre ces cultures qui ont une grande importance économique, souligne le responsable du Groupe de Bio-informatique et génomique du COMAV, Joaquín Cañizares.

Contre le virus de New Delhi

Le séquençage du génome de la courgette à donner un coup de pouce  « essentiel » pour la lutte contre l’un des principaux ennemis de la courgette aujourd’hui: c’est le virus de New Delhi (ToLCNDV).

Ce virus, transmis par les aleurodes, a été détecté pour la première fois en Espagne en 2012, dans les cultures de Murcie et d’Almeria, et s’est propagé rapidement en Espagne et dans le bassin méditerranéen.

Il a causé un énorme impact sur la culture de la courgette, en provoquant un enroulement des feuilles qui prennent la forme d’une cuillère, et peut arrêter la croissance de la plante et peut causer une déformation des fruits.

Selon Picó, avoir séquencé le génome permet d’aller “plus vite” dans l’identification des gènes responsables de la résistance à ce virus, et  localiser les régions du génome impliquées dans la résistance à ce pathogène.

Depuis le début du projet, l’information générée est disponible pour la communauté scientifique et pour les entreprises, les données de ce génome ont déjà été utilisées par d’autres groupes de recherche pour localiser la résistance aux champignons, améliorer la qualité et la nouaison du fruit, optimiser le développement de la fleur et même récupérer des variétés traditionnelles.

Actuellement, Belen Picó coordonne un nouveau projet financé dans l’appel de la Generalitat Valencienne PROMETEO pour des groupes de recherche d’excellence, dont l’objectif est de développer de nouvelles variétés traditionnelles de cucurbitacées adaptées à la production biologique.

La courgette est parmi les dix cultures les plus importantes sur le marché horticole dans le monde entier et est particulièrement importante dans les régions tempérées et subtropicales.

Sa production est concentrée principalement dans les pays économiquement plus développés, ce qui signifie que sa valeur économique est très élevée. Dans l’UE, 38 900 hectares sont cultivés et l’Italie est le principal pays producteur, suivie par l’Espagne.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *