Des sachets en plastique pour la sécurité des produits

Les scientifiques du Service de Recherche Agricole (ARS) en Floride coopère avec une entreprise pour développer une petite pochette en plastique conçue pour rendre les produits plus sûrs. En effet, cette pochette libère le gaz dioxyde de carbone, qui élimine les bactéries d’Escherichia coli et d’autres agents pathogènes provenant des surfaces des fruits et légumes.

Les sachets ont la dimension d’environ la moitié de la taille d’une carte de crédit et le fabricant, Worrell Water Technologies de Delray Beach, en Floride, espère les commercialiser auprès des grossistes et des emballeurs de produits aux États-Unis et ailleurs.

Le pathologiste des plantes, Jinhe Bai, et ses collègues du laboratoire américain de recherche horticole d’ARS à Fort Pierce, en Floride, ont travaillé avec Worrell pour développer la pochette.

La pochette est un nouveau produit pour Worrell, une société qui commercialise des technologies de purification de l’eau. Dans les recherches préliminaires, Bai et ses collègues ont constaté que le gaz dioxyde de chlore pourrait être libéré trop rapidement, ce qui pourrait causer des brûlures chimiques sur le fruit. La conception de la poche a été modifié en y ajoutant une membrane semi-perméable qui évacue le gaz à un rythme plus lent.

“Nous avons testé la nouvelle conception de la pochette et nous avons trouvé qu’elle libère le dioxyde de chlore à un débit plus contrôlé et qu’elle a l’effet souhaité”, a déclaré Bai.

La recherche de Bai se concentre sur la découverte de solutions pour réduire la contamination par les agents pathogènes des produits. Au moins 25 pour cent des fruits et légumes produits dans le monde entier sont perdus après la récolte en raison de la détérioration par la contamination microbienne, dit Bai. De plus, E. coli et d’autres agents pathogènes à la surface du produit peuvent causer des maladies si le produit n’est pas bien lavé ou cuit.

À titre préventif, les désinfectants sont souvent utilisés pour tuer les microbes sur les produits. Les industriels alimentaires américains ajoutent du chlore à l’eau de lavage. En Europe, le dioxyde de chlore est parfois appliqué dans des salles de stockage pour désinfecter les produits. Mais le dioxyde de chlore emballé dans une pochette exclusive en plastique pour l’utilisation par les unités d’emballage des produits et les grossistes est une innovation.

Lorsque Bai et ses collègues ont mis les pochettes dans des cartons de pamplemousse en utilisant des conditions typiques d’emballage, d’expédition et de stockage, ils ont trouvé 10 fois moins de pathogènes bactériens et fongiques que sur le pamplemousse stocké sans sachets. Un panel de bénévoles de l’ARS à Fort Pierce a jugé que les traitements ne modifiaient ni l’apparence ni le goût du pamplemousse.

D’autres tests de laboratoire ont montré une réduction de 100 000 fois dans les niveaux d’E. coli dans les tomates cerises inoculées et stockées avec les sachets, dit Bai. Les poches ont le potentiel d’assainir d’autres produits en plus de ceux testés, mais d’autres études sont nécessaires pour évaluer leur efficacité sur des fruits et légumes spécifiques.

Les sachets coûtent quelques centimes, et seulement un à trois sont nécessaires par caisse ou carton, de sorte que l’utilisation ne devrait pas augmenter le prix du produit.

Bai a collaboré avec Worrell dans le cadre d’un accord coopératif de recherche et développement. La société a aidé à financer une autre étude évaluant les sachets et s’attend à une approbation réglementaire fédérale pour leur utilisation dans un proche avenir.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *