Monsanto tente à nouveau d’aborder les préoccupations anti-concurrence de Syngenta

monsanto_syngenta.jpg

En rejetant deux offres cette année, la compagnie suisse Syngenta a donné deux raisons principales: l’offre de Monsanto, qui était de 45 milliards de dollars, était trop faible, et que la proposition de fusion des deux sociétés  n’a pas pris entièrement en compte les risques réglementaires.

Monsanto, dans son rapport, continu d’essayer de convaincre Syngenta et ses actionnaires, une fois de plus d’aborder leurs préoccupations par rapport aux risques d’anti-concurrence à travers la publication d’un livre blanc par son avocat (Un livre blanc est un recueil d’informations objectives et factuelles destiné à un public déterminé pour l’amener à prendre une décision sur un sujet particulier). Le document fait valoir qu’aucune raison ne pourra bloquer la fusion des deux géants parce que cette dernière ne risquera pas “d’entraîner une hausse des parts de marché de l’entreprise combinée ou réduire la concurrence ou les choix de ses clients.”

Plus précisément, les avocats de Monsanto affirment que la combinaison de Monsanto et Syngenta ne causera pas une réduction de la concurrence parce que les activités des entreprise ne font pas l’objet d’un chevauchent “horizontal”, ce qui signifie qu’ils ne vendent pas les mêmes produits. L’activité semence de Syngenta qui est de l’ordre de 3,2 milliards de  dollars est relativement faible par rapport à son homologue Monsanto dont l’activité est estimée à  10,7 milliards de dollars.

Monsanto a déclaré publiquement qu’elle est prête à céder les semences de Syngenta en entier et certains des produits chimiques qui se chevauchent si un accord a été conclu. Dans le livre blanc, les avocats ont dit que Monsanto a suscité l’intérêt des “acheteurs potentiels très crédibles” pour les cessions proposées.

Source : bizjournals.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *