Tour de vis sur les pesticides et herbicides mis sur le marché Marocain

A Casablanca, la douane portuaire a saisi une quantité de produits phytosanitaires importés et destinés à des exploitants de fruits et de légumes. Ce coup de filet survient peu après la saisie d’une production de menthe impropre à la consommation car concentrée en produits chimiques.

Au port de Casablanca, les services de la douane ont récemment mis la main sur une grande quantité de pesticides, dont l’emballage ne mentionne que rarement les composantes chimiques et encore moins les certificats de production. L’édition du quotidien arabophone Al Massae de ce lundi explique en effet que ces produits sont passés au peigne fin par la douane, qui a reçu une liste de pesticides agréés officiellement par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

En effet, l’étau se resserre sur le contrôle des pesticides et herbicides commercialisés au Maroc, d’autant plus que «sur la liste des cinq pesticides prohibés par le Centre international de recherche sur le cancer qui relève de l’OMS, trois étaient importés régulièrement, et en toute légalité, au Maroc jusqu’à une date récente», rappelle le quotidien.

Aussi, une circulaire a été adressée aux services des douanes au niveau des postes frontaliers, incluant les noms des pesticides interdits d’importation, notamment ceux qui seraient à l’origine de cancers, d’Alzheimer, de Parkinson ou de dérèglement hormonal, mais également de malformations congénitales ou de stérilité.

Ces risques ont été confirmés par des analyses effectuées par des laboratoires spécialisés, poussant l’OMS à interdire l’usage de produits contenant du malathion, du diazinon ou certaines combinaisons au glyphosate, largement utilisé jusque-là au Maroc, indique la même source.

Les herbicides importés sont sous les radars

C’est la présence en quantités anormales de ces composantes dans la menthe qui a poussé l’ONSSA, pendant le mois du ramadan, à retirer en urgence cette lamiacée tant prisée par les Marocains et indispensable à la préparation traditionnelle du thé. Mais avant de constituer un danger pour les consommateurs, ces produits menacent d’abord la santé de celle et de ceux qui les manipulent quotidiennement dans les champs, à savoir les agriculteurs et les ouvriers ruraux.

Dans ce sens, le secrétaire général du Syndicat national des paysans (SNP), Faïçal Ouchen, confie à Yabiladi avoir réitéré «à plusieurs reprises auprès du ministère de tutelle que l’usage de ces pesticides représentait un grand danger sur la santé des agriculteurs, voire un scandale sanitaire, avant celle des consommateurs».

Dans ce document, le syndicaliste promet par ailleurs que les associations professionnelles de la FNSA appelleront à «l’interdiction stricte des produits les plus néfastes à la santé et à l’environnement qui seraient encore en circulation dans le marché national».

Source : www.yabiladi.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *