Malgré l’offre excédentaire de l’horticulture hollandaise, Rabobank continuera à investir dans le secteur afin de maintenir sa compétitivité.

images (6).jpg

L’offre dans l’industrie horticole est clairement excédentaire. «la Hollande produit plus que ce qu’elle ne peut commercialiser. Nous sommes notre propre concurrent et devons améliorer nos structures de ventes. La situation est intenable.» a déclaré Cor Hendriks, Directeur du secteur de l’horticulture à Rabobank.

Rabobank est le principal bailleur de fonds pour l’horticulture néerlandaise. La banque indique qu’il y’a trop de produit sur le marché et que de plus en plus d’entreprises sont en difficulté. Cela semble contradictoire de faciliter les plans d’extension dans le secteur. C’est pourtant ce que Rabobank fait. “Il y a discorde sur le sujet,” reconnaît Hendriks. «Le secteur traverse une période difficile. Mais les cycles de renouvellement et d’innovation doivent continuer. La capacité d’innovation d’un secteur décide en grande partie de sa compétitivité. Il est une décision difficile, mais le secteur doit rester en mesure de suivre les innovations, la modernisation et le niveau de connaissance “.

L’enthousiasme pour l’investissement dans le secteur est clairement en recul.« Sur les 10 000 hectares de serres horticoles ; Si on assume une durée de vie de 20 ans, 500 hectares doivent être remplacés chaque année. Pendant les trois dernières années il y’a eu à peine 300 hectares de nouvelles constructions, alors que ce chiffre devrait être porté à 1500 pour maintenir le rythme de modernisation!!! » «Les entreprises avec un bon plan basé sur une orientation marché, et qui performant au-dessus de la moyenne sont ceux que nous soutiendrons.Même pour des plans d’extension.

Par contre, “Il ya certainement beaucoup d’entreprises en difficulté, et pour nombre d’entre elle ceci mènera à la faillite», reconnaît Henriks. Combien? Cela dépend ; Si les prix de la saison prochaine restent à ce niveau, d’innombrables entreprises auront de gros soucis” Si les poivrons ont vécu leur quatrième année de perte, où 2012 – 2013 a été la seule exception. Le marché de la tomate a eu plus de variation au cours des dernières années: 2009, 2011 et 2013 étaient mauvais, 2010 et 2012 étaient raisonnables. “Il y a une plus grande segmentation dans les tomates.

Le pouvoir distinctif et le nombre de produits de niche est beaucoup plus élevé que dans le poivron.” «Pourquoi voulez-vous aborder un marché séparément si vous n’êtes pas distinctif? Vous devez avoir assez de puissance avec un modèle de profit basé sur le caractère distinctif pour décrocher un prix raisonnable. Si vous n’êtes pas distinctifs dans un marché de l’offre, vous êtes concurrents les uns des autres. Alors pourquoi ne pas travailler ensemble? ” se demande Henriks. Le message de Rabobank aux producteurs hollandais est clair, doit-on s’attendre à une concentration des ventes dans le secteur? Wait and see! Source : Agri Holland

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *