L’ONSSA abrite la 21ème session du Comité National du Codex Alimentarius

onssa_codex.jpg

En application des dispositions du décret n° 2-03-140 du 17 janvier 2005 portant création du Comité National du Codex Alimentarius (CNC), le CNC a tenu sa 21ème session, le jeudi 28 janvier 2016 au siège de l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA). Ont pris part à cette session, 32 membres représentants les départements ministériels, la profession et les associations de la protection du consommateur.

La session a été ouverte par les allocutions de M. Ahmed BENTOUHAMI, Directeur Général de l’ONSSA et de M. Michael George HAGE, Représentant de la FAO au Maroc, qui ont rappelé l’intérêt et l’importance que revêtent les travaux du Codex Alimentarius en tant qu’organe international de normalisation. A ce sujet, ils ont insisté sur la nécessité de la coordination et de la mobilisation de toutes les structures (autorités publiques, profession, instituts de recherches…) pour défendre les intérêts du Maroc.

Les travaux de ladite session, menés sous la présidence de M. Hamid LACHHAB, Directeur de l’Evaluation du Risque et des Affaires Juridiques au sein de l’Office, ont comporté une série de présentations dont le bilan de la participation du CNC aux différentes manifestations du Codex Alimentarius durant l’année 2015 ainsi que les difficultés rencontrées. Par ailleurs, les chefs de délégations nationales ont été invités à faire de brèves présentations destinées à informer les membres du CNC sur les principaux points examinés lors des différentes manifestations du Codex tenues au cours de l’année 2015.

La 21ème session a été clôturée par M.Hamid Lachhab, après lecture des recommandations retenues par le CNC à savoir :

1.    Renforcement des capacités des structures nationales ;
2.    Faire le nécessaire pour améliorer la coopération avec le comité régional CCAFRICA pour appuyer les positions marocaines;
3.    Sensibiliser davantage les différentes composantes du CNC et en particulier les  professionnels aux travaux du Codex Alimentarius ;
4.    Capitaliser les données scientifiques disponibles au niveau national ;
5.    Produire de nouvelles données et avis scientifiques au niveau national sur lesquels on pourrait se baser pour une prise de décision.

 

Source : onssa.gov.ma

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *