L’Espagne redirige ses objectifs en agrumes

Les exportateurs continuent de faire des progrés en Asie, mais leur part du marché américain se contracte.

Les exportateurs d’agrumes panaméricains se tournent de plus en plus vers les marchés asiatiques, la concurrence croissante du Maroc limitant leurs opportunités sur d’autres marchés extérieurs à l’UE comme les États-Unis.

Contrairement au Maroc et à d’autres concurrents comme le Mexique, le Chili et le Pérou, les États-Unis imposent un tarif sur les importations d’agrumes en provenance d’Espagne, à un taux de 0,019 euro par kg, rendant l’Espagne moins compétitive que ses concurrents.

Selon un rapport de Las Provincias qui cite des chiffres du bureau économique et commercial de l’Espagne à Washington, la part de l’Espagne sur le marché des agrumes a régulièrement diminué ces dernières années, atteignant 29,65 pour cent en 2015/16 contre 34,6 pour cent en 2013 / 14.

Pendant ce temps, la part du marché marocain a augmenté à 40,3 pour cent en 2015/16 et a continué à augmenter la saison dernière, alimentée en partie par le taux de change euro-dollar.

Les exportations espagnoles d’agrumes vers les États-Unis ont monté en flèche au cours des années 1980 et il y a encore dix ans, l’Espagne expédiait 80 000 tonnes vers les États-Unis. Toutefois, la saison dernière, les envois se sont terminés en deçà de 20 000 tonnes après avoir chuté de près de 30% au cours de chacune des deux dernières campagnes.

Alors que les producteurs espagnols reconnaissent qu’en termes de volume le marché américain est marginal par rapport à l’Europe, l’échec résonne symboliquement – d’autant plus que ce n’est pas la première fois que le Maroc dépasse l’Espagne en termes d’exportations d’agrumes.

L’embargo de Vladimir Poutine sur les fruits et légumes européens a permis au Maroc de dominer le marché russe, tandis que ses faibles coûts de production ont également permis aux expéditeurs de gagner du terrain sur le marché européen.

Néanmoins, l’Espagne fait des incursions sur de nouveaux marchés tels que la Chine, la Corée du Sud et l’Australie, qui affichent une forte demande pour les agrumes espagnols.

Selon les statistiques commerciales, les exportations vers la Chine sont passées de 3,3136 tonnes en 2014/15 à 19,580 tonnes en 2016/17, soit six fois plus.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *