L’Espagne prend des mesures pour protéger le secteur des oranges

oranges.jpg

Le plus grand groupement coopératif des fruits et légumes  en Espagne, Anecoop a averti que le secteur des  oranges fait face à des dommages permanents et irréparables à cause de la succession de campagnes catastrophiques.

Anecoop a affirmé dans son rapport annuel, qui a été présenté à l’assemblée générale annuelle de la coopérative à Valence la semaine dernière, que la situation des producteurs est très difficile. En effet, malgré le volume record enregistré au cours de cette campagne, qui est de   746,342 tonnes, soit une augmentation de 4,4 pour cent par rapport à  l’année précédente, Anecoop a déclaré que  les ventes ont connu une baisse de 1,1 pour cent et les prix de 1,7 pour cent par rapport à la campagne 2013-2014.

Les revenus des clémentines précoces et de mi-saison étaient généralement inférieurs au coût de production, bien que les variétés tardives telles que Nadorcott ont été plus rentables.

Pour les oranges, la coopérative a déclaré que  la saison “ne pouvait pas être pire”. Ceci a était particulièrement valable  pour  les variétés tardives dont l’offre a été excessive.

“Après la succession de cinq faibles saisons, où les oranges ont connu  des promotions sur les prix par les grandes chaînes de supermarchés, la question devient un problème grave qui pourrait causer des dommages irréversibles pour le secteur”, a déclaré la coopérative.

Les syndicats des producteurs se sont exprimés à plusieurs reprises pour sensibiliser les autorités sur l’impact des détaillants sur les prix des orangers et des mandarines, ce qui incite la création d’un comité pour la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire afin de prévenir les pratiques abusives et protéger l’industrie alimentaire.

 

Le comité indépendant, composé des producteurs, des syndicats agricoles, des coopératives et des supermarchés, sera établi en avril. Il sera chargé de promouvoir les bonnes pratiques agricoles et  la responsabilité sociale des entreprises, et de veiller “à trouver un équilibre entre les bénéfices des détaillants et celui des producteurs qui constituent le maillon faible de la chaîne d’approvisionnement”.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *