Les producteurs néerlandais veulent accélérer la recherche sur le nouveau virus du concombre

Cet été, le virus CABYV (Cucurbit Aphid-Borne Yellow virus) s’est répandu comme une traînée de poudre dans les cultures de concombres aux Pays-Bas. C’est ce qu’ont rapporté les producteurs et les consultants en cultures. C’était une raison suffisante pour que le Conseil du programme “Kennis in je Kas” (KijK) accepte d’accélérer la recherche sur ce nouveau virus du concombre. Kijk contribue à financer la recherche sur certains programmes d’innovation dans les cultures croisées du secteur serricole néerlandais.

Photos récentes de CABYV dans une serre néerlandaise. Ewoud van der Ven et Rens Smith de Delphy les ont partagées sur GroentenNieuws, une plateforme néerlandaise de producteurs en serre.

Les pucerons propagent ce virus. “Les exploitations agricoles subissent une forte pression des pucerons. Il est donc vital de donner des informations aux producteurs le plus rapidement possible”, souligne Helma Verberkt, spécialiste de la politique phytosanitaire chez Glastuinbouw Nederland, une organisation professionnelle néerlandaise du secteur de l’horticulture en serre.

“Cela implique de connaître le mode de vie de ce virus. Cela inclut les signes de dommages, son mode de transmission et les protocoles de rotation des cultures. Ces informations doivent empêcher la propagation de ce virus à la nouvelle culture. L’objectif est de partager les connaissances et de générer de nouvelles informations. Cela doit empêcher la propagation du virus CABY dans les cultures sous serre néerlandaises”, dit-elle.

Le CABY est un virus polaire. Il n’est pas réglementé et n’a donc pas de statut de quarantaine. Mais il peut causer des dégâts importants dans toutes les cultures de type concombre. Il s’agit notamment du concombre, du cornichon, de la courgette et du melon. En Europe, le virus n’a été décrit pour la première fois qu’en 1988. Il a été trouvé dans le sud de la France. Cependant, il est possible qu’il soit présent en Asie et dans certaines parties du sud de l’Europe depuis bien plus longtemps. Les dommages aux cultures vont d’une perte de 10 % des plantes à la perte totale des zones de plantation.

Une action adéquate est cruciale

Les producteurs néerlandais obtiendront toutes les connaissances disponibles et les informations pertinentes sur ce virus relativement nouveau grâce au projet approuvé par le Conseil des programmes de la KijK. Cela devrait permettre d’améliorer le système de contrôle et donc d’empêcher autant que possible toute nouvelle propagation.

Les producteurs qui sont déjà infectés recevront des outils pour assurer l’élimination de ce virus lors de la rotation des cultures. “Nous devons empêcher les pucerons vecteurs de propager rapidement ce virus. Une action adéquate est donc d’une grande importance”, c’est ainsi que la spécialiste du sujet Jeannette Vriend justifie la demande d’urgence du conseil du programme. “Il s’agit d’un virus nouveau aux Pays-Bas. La recherche est donc principalement axée sur l’enrichissement et le partage des connaissances.”

Utile et important

Cette approche s’inscrit dans le cadre du programme d’innovation ” Het Nieuwe Doen in Plantgezondheid ” (” Une nouvelle voie pour la santé des plantes “). Mark Meijers est le coordinateur du réseau concombre chez Glastuinbouw Nederland. Il est heureux de l’approbation rapide du conseil du programme. “Le groupe de travail sur la santé des plantes a donné une recommandation positive pour cette recherche à l’avance. Compte tenu de son impact, ce projet est à juste titre considéré comme utile et important”, conclut Mark.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *