Les fruits rouges de Huelva cherchent à conquérir d’autres marchés

fruits_rouges_2.jpg

La campagne de fraise de la région de Huelva en Espagne a déjà commencé. Dans les prochains jours, les livraisons vont augmenter à la fois pour le marché intérieur et en destination vers d’autres pays européens. Pour l’instant les prix sont bons, entre 4 et 5 euros le kilo à la source.

Cette année, une réduction de 10% des superficies plantées en fraise à Huelva a été observée, durant les premières semaines de janvier les volumes de production ont été faibles par rapport aux campagnes précédentes. La vague de froid qui a touché l’Europe en fin décembre et les basses températures depuis début janvier ralentissent la productivité.

Mais le secteur reste prudent: “Nous devons être vigilants, car les vagues de froid en janvier peuvent causer des problèmes de pollinisation, les fruits qui seront produits en février risque de ne pas respecter les normes de commercialisation,” a déclaré le manager Freshuelva, Rafael Domínguez.

Selon Rafael Domínguez, les producteurs de Huelva ont changé de stratégie en passant de la monoculture (fraise) à une plus grande diversification de fruits rouges, comme les myrtilles et les framboises. En fait, les 10% de moins sur les superficies plantées en fraise ont conduit à une augmentation de 25% dans la plantation de myrtilles, framboise et mûres. La mauvaise performance de fraises au cours des deux dernières saisons en termes de valeur a motivé de nombreuses entreprises à promouvoir les autres cultures de fruits rouges.

Toutefois, cela ne signifie pas que les fraises seront abandonnées. “Les exigences de qualité, à la fois des consommateurs et des grands distributeurs continuent à augmenter. Le secteur est conscient de la nécessité de progresser dans la qualité. Pour cela un programme est en cours d’exécution pour le développement variétal complexe qui commence à apporter les premiers résultats avec une conversion en variétés développées à Huelva, tel que le Primoris“, explique Rafael.

Pendant ce temps, l’augmentation de la production de fraises dans plusieurs pays tiers, comme le Maroc, l’Egypte ou la Turquie, et dans d’autres pays européens, comme le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la France et la Belgique, motivés par les subventions accordées par leurs gouvernements pour promouvoir cette culture, a donné lieu à un marché de plus en plus concurrentiel pour les fraises espagnoles, qui avait traditionnellement ces pays comme principales destinations.

“Fepex et Freshuelva ont exprimé leur mécontentement sur le protectionnisme de ces pays de l’UE, ainsi que celle des pays tiers qui ne sont pas menés à répondre aux mêmes critères et exigences en matière de traçabilité et de durabilité. C’est certainement l’une de nos plus grandes menaces pour le avenir “, poursuit Rafael.

Le secteur est donc à la recherche de nouveaux marchés, principalement l’Asie.”Nous demandons souvent à MAGRAMA (Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement Espagnole) de continuer à travailler sur des protocoles phytosanitaires bilatéraux pour l’ouverture de nouveaux marchés, comme la Chine, où l’intérêt dans les fruits rouges est à la hausse grâce à la promotion de leurs propriétés saines. En outre, le Moyen-Orient et l’Afrique du Sud sont également des marchés très intéressants “.

Rafael affirme que le secteur est prêt pour l’expédition des fraises et d’autres fruits rouges à ces destinations, “même si Huelva a quelques lacunes en termes de logistique, puisque nous n’avons pas un aéroport ou trains à grande vitesse, des choses que nous demandons souvent aux administrations publiques pour être en mesure de continuer d’avancer “, dit-il.

En ce qui concerne la commercialisation, Rafael affirme que le travail se concentrera sur deux canaux de vente: les supermarchés et les magasins spécialisés en fruits, “qui nécessitent différents paramètres de qualité,” a-t-il déclaré.

En outre, “le fait que les grands détaillants prennent environ 80% de part de marché en Europe finit par nous affecter en termes de marketing, et l’UE devrait mettre en place des lois pour noud protéger. “Les grands distributeurs ne devraient pas être ceux qui façonnent les politiques commerciales de l’UE, “ajoute-il.

Enfin, Rafael révèle que “la stratégie du secteur pour l’avenir est de continuer à travailler dans les domaines de la santé et du bien-être pour améliorer les propriétés des fruits rouges, avec plus de communication pour encourager leur consommation en Europe et dans d’autres marchés.”

Source : Freshplaza.com 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *