L’eau dessalée produit 4 kilos par mètre carré de plus de tomate

serre_tomates.jpg

Les conclusions de l’étude “capture de données de terrain et analyse pour la prise de décision sur la consommation d’eau, dessalée et de puits, pour la culture de tomates”, préparée par des professeurs de l’Université d’Almería ont été présentées le 2 juin au cours d’une conférence technique organisée par les usagers de l’eau communautaire de la Région de Nijaren (Espagne). 

La conférence, qui a comporté plusieurs activités encadrées par la CuCN, a commémoré le dixième anniversaire de l’arrivée de l’eau dessalée à Nijar, par l’usine de  dessalement “Carboneras”. L’équipe qui a réalisé l’expérimentation dans les installations de la ferme expérimentale de la fondation UAL-Anecoop a été chargée de présenter les résultats de l’étude ayant comparé l’eau des puits de la région de Nijar avec l’eau dessalée.

Le projet a débuté en août 2014 et a comparé l’utilisation de ces deux types d’eau pour la culture de pastèque. Les premiers résultats sont déjà recueillis, pour le poivron et la courgette les résultats seront disponibles la prochaine campagne. Le rapport révèle que, “l’eau dessalée est plus rentable par rapport à l’eau de puits pour l’irrigation des fruits et légumes cultivés dans les serres”. L’étude a révélé également que l’eau dessalée provoque “un surcroît de la production des tomates estimé à 44,35%, soit une augmentation de 3,73 kilos par mètre carré, tout en améliorant l’uniformité pour les paramètres de qualité des fruits.” 

En outre, l’eau dessalée s’est montré avoir contribuée à la durabilité des cultures sous serres dans la région d’Almeria en général et dans le camp de Nijar en particulier. Actuellement Almería, est la région la plus forte en termes de lutte contre la surexploitation des aquifères et la salinisation alarmante. 

Source : elalmeria.es

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *