Le soufre devient plus important dans son utilisation comme engrais agricole

Le directeur général de la société AFEPASA, ManelMontaño, analyse dans cet entretien réalisé pourHortoinfo par le service de presse de l’Association espagnole des fabricants d’agro-nutriments, l’importance du soufre en tant qu’engrais, après sa reconnaissance par l’Union européenne en tant que macronutriment.

Utilisée depuis l’ancienne Mésopotamie, l’utilisation du soufre a eu et revêt une grande importance en agriculture, tant du point de vue de la protection des cultures que de l’agro-nutrition.

Pour aborder le monde du soufre en tant qu’engrais agricole, nous avons interviewé ManelMontañoSalmerón en tant que PDG d’AFEPASA, une entreprise qui a plus de 125 ans d’expérience dans la production et la distribution de produits phytosanitaires, d’engrais et de biostimulants dans plus de 80 pays à base de soufre élémentaire. C’est actuellement la plus grande usine de soufre pour l’agriculture en Europe et la deuxième dans le monde. L’AFEPASA est membre de l’AEFA depuis 2018.

Le soufre est-il l’un des éléments essentiels de l’agriculture?

C’est le quatrième élément, comme on le sait dans de nombreux forums de l’agriculture. En fait, le nouveau règlement européen placera le soufre élémentaire comme un macronutriment, égalant les règlements des autres continents, beaucoup plus sensibles et conscients de leurs avantages et des besoins des cultures en terme du soufre.

En fait, la plante a besoin du même pourcentage du phosphore que celui  du soufre, soit 0,3 à 0,5%; Cependant, le soufre est considéré comme secondaire (car jusqu’à présent, il y avait beaucoup de réserves dans le sol), alors que le phosphore est primaire en raison de sa faible disponibilité.

Nous devons souligner que le soufre est le meilleur moyen de fournir des sulfates au sol, car en se transformant en une forme assimilable, il devient également un vecteur des éléments nutritifs du sol.

Quelles sont les caractéristiques du soufre élémentaire?

Le soufre est un constituant de la méthionine et de la cystéine, deux acides aminés essentiels, impliqués dans de nombreux bioprocédés au sein de la plante. Ceux-ci incluent la fonctionnalisation de certaines protéines, enzymes, cofacteurs, etc. qui sont impliqués à la fois au niveau structurel et dans des bioprocédés importants tels que la photosynthèse ou la génération de glycogène, ce qui est très important dans les situations de stress pour les plantes. Dans notre cas, par exemple, nous avons développé la technologie de biostimulationSultech, qui a la propriété de stimuler l’installation pour accélérer ces liaisons, car il s’agit de fractions cristallines de soufre.

D’autre part, en raison de la biotransformation qui se produit dans le sol à travers certains microorganismes, processus exclusif du soufre élémentaire et non des sulfates ou thiosulfates, une série d’équilibres biochimiques est favorisée qui contribue à une meilleure absorption des nutriments et à une solubilisation des nutriments immobilisés. Cela est dû au fait que les exsudats des micro-organismes favorisent la croissance du microbiote du sol, créant un environnement plus vivant et optimal pour la croissance des plantes.

C’est aussi un régulateur de sol, comment ça marche?

Comme vous l’avez indiqué, le soufre élémentaire est un régulateur des sols, contrairement à ce que disent les gens. Le soufre aide à abaisser le pH du sol, mais la descente est très lente et à fortes doses, pour pouvoir le baisser, différentes formes physiques de soufre sont nécessaires. Il ne s’agit pas de mettre des pierres ou des pépites de soufre dans le sol, car elles ne sont pas incorporées au sol ne permettent aucune interaction. L’Afepasa, dans certains de ses formats, parvient à réduire en moins d’un an entre 0,5 et 0,7 point de pH durable, c’est-à-dire que si nous maintenons une certaine dose chaque année, cette diminution demeure.

Un autre avantage important que les gens connaissent moins est “l’équilibre” ou l’équilibre de la conductivité du sol. Le soufre aide à solubiliser les sels insolubles de la salinité marine, en particulier dans les zones côtières, comme vous le savez bien, mais par contre, lorsque la conductivité est faible, le soufre s’oxyde rapidement, laissant des ions libres qui permettent à la conductivité d’augmenter.

Pour le troisième point, l’accroissement de la richesse microbienne du sol, le “microbiote”, se démarque. Le soufre est l’aliment principal des thiobactéries que nous avons dans presque tous les sols et les exsudats de ces derniers contribuent au développement de nombreux autres, créant une réaction en chaîne. Un bon exemple de cela est le cas lorsque les agriculteurs les plus expérimentés ont mélangé du fumier ou des matières organiques avec du soufre pour aider à la solubilisation.

L’agriculteur devrait-il envisager la différence entre les besoins en soufre en tant qu’élément nutritif et son utilisation en tant qu’amendement?

Bien entendu, le soufre est une libération lente et programmée d’ions sulfates, essentielle à la nutrition des plantes. Toutes les plantes doivent développer des ions sulfates responsables de la capture et de l’assimilation des différents micronutriments, mais il s’agit d’un processus progressif et totalement durable, car le soufre est insoluble dans l’eau et que, dans les premières étapes, si l’on applique directement des sulfates, celles-ci sont fonctionnelles pendant les premiers jours de la vie (environ 6 ans), après le sulfate soluble dans l’eau est lessivé à grande vitesse, ce qui entraîne la nécessité d’en appliquer une plus grande quantité.

C’est pourquoi, pendant la saison des pluies, seul le soufre est efficace en raison de son insolubilité.

Depuis quand le soufre est-il utilisé dans la nutrition végétale?

Depuis l’ancienne Mésopotamie, il existe des écrits sur l’utilisation du soufre pour la protection des cultures et la nutrition. C’est un malheur que ces dernières décennies, en particulier ici en Europe, certaines entreprises craignant de manipuler le soufre et recherchant uniquement les avantages, aient ont éradiquées le soufre élémentaire de leurs formulation. Heureusement, cela n’est possible qu’en Europe et heureusement ici aussi en Europe, il y a Afepasa avec plus de 125 ans de développement et de défense de l’utilisation du soufre et non des sulfates.

Il existe un autre point très important, à savoir la théorie de Singh et Schwan (2011), dans laquelle il a expliqué que pour chaque kg de carence en soufre dans le sol, une assimilation potentielle de 15 kg d’azote était perdue, ce qui nous évite également coûts en doses d’application.

Actuellement, est-il toujours utilisé de la même manière ou a-t-il évolué dans sa formulation et sa présentation à l’agriculteur?

Certes, dans le passé, les plaques de soufre étaient extraites de décharges volcaniques ou de terres riches en soufre. Les sols avec les siècles se sont appauvris parce que nous extrayons du soufre sans le remplacer jusqu’à atteindre la situation critique actuelle.

Les formules sont nombreuses et il suffit de se renseigner dans les catalogues des sociétés qui forment AEFA. Dans notre cas nous avons plusieurs formules qui peuvent être appliquées comme amendement de soufre à action rapide, ou aussi activation drastique avec des additifs spéciaux et même d’autres mélanges liquides qui aident à lutter contre la chlorose ferrique en mettant une action concrète sur la plante.

Quelles dynamiques ou quels processus le soufre subit-il dans le sol?

Ce sont simplement des réactions chimiques et biochimiques, qui se transformeront progressivement en acide ou en sulfates.

Quelles sont les sources de contribution du soufre?

Le soufre est dans la nature, je l’ai déjà mentionné. Il y a quelques décennies, malheureusement aussi dans les airs, créant des pluies acides en faisant réagir les gaz des voitures et des usines avec de l’eau, il n’y a pas de telles pluies aujourd’hui, mais personne ne les ramène au sol. Le minéral de soufre se trouve dans le sol attaché à d’autres minéraux, il n’y a pas d’autre moyen de générer du soufre.

Peut-il être utilisé en agriculture biologique?

Bien sûr, il s’agit des produits les plus anciens qui sont connus non seulement comme engrais écologique, mais aussi comme biocide et pesticide. Le soufre est 100% écologique et naturel, il n’est pas créé, il n’est pas fabriqué. Par exemple, dans notre usine, seule sa forme est transformée et nettoyée, mais le soufre est tel qu’il a été extrait du sol et mélangé à d’autres minéraux précieux.

Quelles sont les autres applications du soufre en agriculture?

Elles sont beaucoup. Les applications les plus connues du soufre sont phytosanitaires en tant que fongicide contre l’oïdium ou en tant qu’acaricide et répulsif d’araignée rouge. De plus, l’engrais, comme nous l’avons déjà mentionné, en tant qu’agent d’encapsulation pour des lâchers lents même en l’absence d’eau; en tant que biocide en raison de l’action biocide enregistrée du gaz S2 appelé sulfites. Néanmoins, grâce aux avancées technologiques, de nouvelles applications peuvent être incorporées, comme dans notre cas, nous avons lancé la révolution du soufre en tant que biostimulant, avec notre technologie Sultech® consistant à manipuler le soufre élémentaire dans ses trois états physiques afin d’obtenir formulation nutritionnelle et biostimulants.

Comment le soufre peut-il être appliqué à la plante?

Par pulvérisation, par fertigation ou par aspersion comme dans tous les produits liquides Afepasa, dans les engrais à la fois les granulés complexes et les granules de soufre et par aspersion. Les propriétés du soufre, si celui-ci est dans une formule assimilable, peuvent être mélangées, de sorte que la marge de couverture est supérieure à celle de certains autres macronutriments.

Est-il facile de détecter le manque de soufre dans la plante? Et l’excès?

Bien sûr, mais le problème est qu’il n’est possible de le voir que par différence, c’est-à-dire par un agriculteur qui l’utilise de celui qui ne l’utilise pas, car cela se voit avec la puissance de la couleur verdâtre des feuilles, la taille des plantes ou par les augmentations selon le produit de vitamines, protéines, etc. de certains agrumes, céréales, etc.

Lors de la détection d’une carence en soufre, il peut être confondu avec des carences en azote, car la forme d’assimilation dans la plante suit des processus similaires.

Quant à l’excès, avec l’apport de soufre élémentaire, il est plus compliqué d’atteindre. En raison de sa dégradation contine dans le temps, il n’ya pas de pic de soufre le jour de l’application, mais ils sont maintenus dans le temps. En outre, avec un excès de soufre élémentaire, les bactéries atteignent un maximum, de sorte que, même si une quantité importante de soufre est appliquée, le sulfate absorbé ne sera pas en excès.

Source : hortoinfo.es

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *