Le Maroc Arrache à Almería le marché français de la tomate

conference_almeria.jpg

“La tomate marocaine continue à saisir la part du marché d’Almeria sur deux marchés de références : la France et le Royaume-Uni“ c’est l’une des conclusions d’une conférence qui a eu lieu lors d’un séminaire qui s’est déroulée le 8 Janvier par Juan Carlos Pérez Mesa, professeur d’économie agricole à l’Université d’Almería (UAL).

Cette conférence s’est tenue dans le cadre du cycle de conférences techniques sur le modèle d’Almería, organisé par COEXPHAL (Association des producteurs des fruits et légumes d’Almeria) et la chambre de Commerce, d’industrie et de navigation d’Almería et financé par le fonds européen de développement régional de l’Union européenne.

“Le Maroc a augmenté considérablement sa part et ses exportations vers le marché européen au point qu’Almeria a perdu le marché français“ a déclaré Pérez lors sa présentation “comparaison entre Almeria et le Maroc sur le marché des fruits et légumes“

Les chiffres montrent comment le Maroc a atteint une part de plus de 70 pour cent du marché durant les mois comme Mars ou Avril, tandis qu’Almería a pu avoir seulement 12 et 14 pour cent, respectivement.

En fait, les plates formes de logistique et de commercialisation comme le marché international de Saint Charles à Perpignan (France) se sont converties “à des plates formes presque exclusives pour le Maroc“ a affirmé Pérez Mesa.

Le Royaume uni est le deuxième pays qui a été conquis “avec force“ par le Maroc. Aujourd’hui “ la tomate marocaine a presque la même part de marché qu’Almería”, a déclaré Pérez Mesa. Les mois avec la meilleure présence de la Tomate  d’Almeria au Royaume-Uni sont Février et Décembre avec respectivement 23 et 19 pour cent, du total des importations de tomates du Royaume-Uni.

Lors de la présentation, l’analyse a reflété également l’augmentation de présence de la tomate marocaine en Allemagne par l’intermédiaire d’opérateurs français, bien qu’Almería envisage un scénario pour augmenter sa présence sur ce marché à 30 pour cent.

En plus de l’analyse du marché de la tomate, Perez a présenté également lors de la conférence la situation actuelle de la courgette et du poivron, qui est relativement meilleure à celle de la tomate vu qu’Almeria a pu augmenter d’année en année sa part du marché pour ces deux cultures pour atteindre environ 50 pour cent sur le marché de la France par exemple. Cependant, Pérez a averti le public que la courgette du Maroc a pu atteindre une part de 24 pour cent du marché lors de la dernière saison. Toutefois, “Les marchés mettent en valeur la qualité de la courgette d’Alméria par rapport à celle du Maroc, en plus elle est mieux payé“ a relaté Pérez Mesa.

De même, le poivron suit la même tendance que la courgette. Les exportations d’Almeria ” ont augmenté leurs volumes après la crise de  Metamidofos en 2007″, a déclaré l’analyste, mais il a indiqué également que les exportations de poivron marocain sont presque de 60 000 tonnes. Le Maroc compte une superficie de poivron de 1150 hectares  avec une production de 75 000 tonnes.

Lors de la conférence qui a connu la présence de près de 150 personnes, Pérez Mesa a rappelé le scénario complexe que vit actuellement l’haricot vert et le melon d’Almeria avec des baisses des parts de marché généralisées ce qui donnera des points de plus pour les exportations du Maroc pour ces deux cultures.

Source : hortoinfo.es

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *