La tomate d’Almería clôture une autre campagne avec des chiffres rouges

La concurrence accrue à l’intérieur et à l’extérieur de l’Europe ainsi que les coûts de production qui ne cessent de croître augurent d’un avenir très sombre pour la tomate, qui a perdu plus de 2 000 hectares au cours des cinq dernières saisons.

La disponibilité de la production locale en Europe a déjà réussi à déloger la tomate Almérienne des rayons et, par conséquent, les producteurs mettent fin à leur campagne. En effet, depuis la seconde quinzaine de mai, la plupart des exploitations agricoles ont commencé à retirer les plantations et il est temps de faire le bilan des résultats.

“Pour la tomate, ça n’a pas été une bonne année”, regrette Andrés Góngora, responsable des fruits et légumes au COAG, et ce malgré le fait qu’au début de la campagne, tout semblait indiquer le contraire. “Il y avait moins de superficie”, se souvient-il, de sorte que, si la production avait baissé, les prix auraient également pu être plus élevés. En l’absence de données définitives, selon Coexphal, cette année, environ 8800 hectares ont été cultivés à Almería, soit 8% de moins que lors de la campagne 2018/2019.

L’instabilité des prix a été la tendance générale, des oscillations que Góngora a directement liées au volume de tomate importé du Maroc. “Dans les semaines où l’entrée de tomates marocaines a augmenté, le prix de la nôtre a baissé”, regrette-t-il.

En moyenne, le produit d’Almeria se situe autour de 0,50 euro / kg, tous types confondus ; un chiffre qui, aurait pu être plus bas et, si on parle de la tomate cerise, quelque chose de plus élevé. Pourtant, “ce sont des prix médiocres”, insiste-t-il.

Faible rentabilité

Au-delà des bas prix, le président d’Asaja Almería, Pascual Soler, pointe les coûts croissants de la production de tomates, qui se traduisent par une faible rentabilité pour l’agriculteur. “À l’augmentation de 22% des coûts salariaux, il faut ajouter, par exemple, la hausse du prix de l’eau, qui atteint 0,60 euro par mètre cube, ou d’autres fournitures comme le plastique”, explique-t-il.

Parallèlement à tout cela, Soler et Góngora ajoutent un facteur supplémentaire : les plus grandes productions européennes, non seulement des Pays-Bas, mais aussi de pays comme la Belgique ou la France. “Nous sommes coincés”, déplore Góngora, qui précise que, bien que l’Europe prolonge ses calendriers de production, le Maroc se consolide également au milieu des mois d’hiver, réduisant le rôle d’Almería.

“Le Maroc se renforce”, dit-il, ajoutant qu’en plus des tomates traditionnelles cultivées dans ce pays, telles que les tomates en vrac et les cerises, nous devons maintenant ajouter la qualité des tomates qu’ils commencent à développer.

Nouvelle chute des superficies

Les spécialistes du secteur sont convaincus qu’avec ces résultats, la prochaine campagne entraînera à nouveau une nouvelle diminution de la superficie en tomates. “Les hectares diminueront à nouveau et de nombreux agriculteurs opteront pour d’autres cultures, comme les courgettes dans la région de Níjar”, explique Antonio Rodríguez, président de SAT Costa de Níjar. Pour lui, il ne fait aucun doute que l’avenir de la tomate est de plus en plus suspendu à un fil et, en fait, il va jusqu’à dire qu’elle “pourrait disparaître” de la province ou, du moins, garder une surface très faible.

Pour éviter d’en arriver là, ils préconisent, à partir d’Asaja Almería, une “plus grande protection de la tomate” au niveau européen, ce qui impliquerait, par exemple, la mise en œuvre de mesures garantissant un retrait efficace du produit, garantissant ainsi un prix adéquat pour l’agriculteur.

Au cours des cinq dernières campagnes, Almería a perdu plus de 2 000 hectares de tomates, passant de 11 206 en 2013/2014 à 8 800 estimés par Coexphal cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *