La société marocaine d’irrigation CMGP-CAS cherche à s’implanter en Afrique après sa fusion

La société marocaine d’irrigation et d’agriculture CMPG-CAS cherche à développer ses activités en Afrique subsaharienne où elle prévoit de réaliser 20% de son chiffre d’affaires au cours des trois premières années suivant sa fusion, a déclaré le PDG de CMPG, Youssef Moamah.

CMPG et CAS, deux des entreprises marocaines les plus connues dans le secteur, ont annoncé la fusion la semaine dernière pour unir leurs forces dans le développement de technologies d’irrigation et de gestion de l’eau agricole, avec des ventes annuelles combinées de 1,7 milliard de dirhams (190 millions de dollars).

La fusion a été financée par des capitaux privés à hauteur de 70% tandis que 30% ont été levés par des prêts bancaires, a déclaré Moamah à Reuters, sans donner plus de détails sur le montant de la transaction.

La société est déjà présente au Sénégal et en Côte d’Ivoire et prévoit d’étendre son activité africaine au Ghana, au Nigeria, au Kenya et en Éthiopie, a-t-il précisé.

Les entreprises et les banques marocaines ont réalisé des investissements ces dernières années en Afrique subsaharienne, où le secteur agricole a attiré des géants tels que le producteur public de phosphates et d’engrais OCP, qui investit dans des usines au Nigeria et en Éthiopie.

La présence des banques marocaines en Afrique de l’Ouest “a été un facteur clé dans notre décision d’investir au Sénégal et nous comptons sur elles pour nos futurs investissements”, a déclaré M. Moamah.

Il a déclaré que CMPG fabriquait 50 % de ses équipements au Maroc et coopérait avec des entreprises israéliennes telles que Netafim, une société pionnière de l’irrigation au goutte-à-goutte il y a plusieurs décennies, pour ses projets d’expansion industrielle et africaine.

M. Moamah a déclaré que la fusion avait permis à la société d’être mieux équipée pour envisager la possibilité d’une introduction en bourse à la Bourse de Casablanca ou ailleurs à moyen terme.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *