“La semaine dernière, nous avons récolté les premières tomates dans la plus grande serre LED d’Allemagne”

La production sous serre fait de plus en plus partie intégrante de la culture en Allemagne. La production hivernale reste souvent un problème, car les coûts énergétiques élevés dissuadent les producteurs dans de nombreux endroits d’éclairer leurs produits (produire avec la lumière artificielle). Wolfgang Steiner, directeur général de Gemüsebau Steiner LLC & Co., a mis en service en août l’une des premières serres allemandes pour tomates entièrement équipées de LED. La semaine dernière, il a pu récolter les premières tomates.

La serre fait partie du site d’Emmerting et a été construite – comme la production à Kirchweidach, y compris la serre biologique de son frère Florian – en étroite collaboration avec REWE. «À Emmerting, nous cultivons des tomates cerises et des Roma TOVs sur 4,5 hectares pour la région sud de REWE et en partie pour la région sud-ouest et centrale. Je m’attends à 1 800 tonnes de tomates par an», déclare Wolfgang Steiner.

L’éclairage n’est pas la seule particularité d’Emmerting: «Nous utilisons la chaleur résiduelle d’une centrale électrique voisine pour chauffer durablement notre usine. REWE attache une grande importance à la durabilité des produits de sa gamme, le nouveau concept énergétique était donc très important . “

Avant la construction, 2,2 hectares du site de Kirchweidach – qui est chauffé à l’énergie géothermique – avaient déjà des cultures éclairées. “Cependant, cette zone n’était plus en mesure de couvrir la demande. Désormais, nous ne cultivons que des tomates sur le nouvel emplacement sous éclairage pendant les mois d’hiver. Cela signifie que nous exploitons la plus grande serre d’Allemagne entièrement éclairée par des LED. Grâce à cette technologie moderne, nous pouvons réaliser des économies d’électricité considérables, de plus de 35%. “

Pour le moment, l’accent restera sur les tomates éclairées, mais Steiner garde les yeux ouverts: “Pour le moment, je vois encore peu de potentiel en dehors du segment des tomates. Les poivrons sont également dans notre ligne de mire, mais les concombres sont trop concurrencés par l’étranger. Dans le cas des produits d’entrée de gamme tels que les concombres, qui peuvent également être importés à bas prix d’Espagne en hiver, les clients ne seraient probablement pas prêts à payer la surtaxe «régionale» nécessaire. “

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *