La recherche met en avant le potentiel de la framboise noire

framboise_noire.jpg

La framboise noire est une culture qui est cultivée à petite échelle dans le monde et que peu de gens connaissent, y compris les fans des fruits rouges. Ce fruit est généralement consommé sous forme de confiture ou de jus ; sa consommation en frais est relativement faible.

Cependant, il y a quelques années la situation a été parfaitement différente aux États-Unis. En effet, au début du XXe siècle, la production des framboises noires a été concentrées dans l’ouest de New York et a dépassé la production des framboises rouges.

En 1940, la culture de ce fruit a été déplacée à l’Oregon à cause de différents problèmes phytosanitaires. Cet état, l’Oregon, produit toujours des framboises noires qui sont destinées à la transformation.

Au cours de la dernière décennie, plusieurs recherches et études ont révélé les bienfaits des fruits à couleur foncée sur la santé, notamment la framboise noire. Ces constatations ont généré une forte demande des framboises noires fraiches et ont augmenté leur potentiel de production.

Malgré le potentiel de cette culture, il y’a beaucoup de défis à relever, y compris les mauvaises performances, la mauvaise adaptation aux différentes régions et l’hyper sensibilité aux insectes et aux maladies. Aussi, il y’a très peu de nouveaux cultivars disponibles, à cause de l’insuffisance des efforts de sélection et du manque de diversité génétique dans le matériel de reproduction.

 

Recherche et développement

En 2011, un groupe de plus de 15 scientifiques et 11 institutions ont reçu le prix de l’initiative de recherche pour les cultures spéciales ; attribué par l’Institut national de l’alimentation et l’agriculture (NIFA) du département de l’Agriculture (USDA), à travers un projet sous le thème “développement de l’infrastructure génomique pour l’amélioration génétique des framboises noires. “

Au début de ce projet six lots commerciaux de populations différentes de plantes de framboises noires (différentes en termes physique et génomique) ont été plantées et propagées sur quatre stations de recherche.

 

Des observations détaillées de plus de 30 caractéristiques des plantes et des fruits ont été faites sur plus de trois années. Ce projet ambitieux a sept objectifs principaux dont on cite principalement la production , la sélection génétique et l’identification des préférences des consommateurs.

 

Les scientifiques rapportent leurs résultats chaque année au ministère de l’Agriculture des États-Unis, aux agences de financement et aux groupes de producteurs. 

Ce travail a pu déterminer un profil détaillé de la génétique des plantes, les chercheurs ont séquencé l’ADN de différentes parties des plantes (feuilles, racines et fruits) et ont trouver des gènes qui sont uniques à chacune des plantes.


Ils vont utiliser cette information pour trouver la raison pour laquelle chaque plante et chaque partie de chaque plante se comportent différemment. Cela peut aider à identifier les sources de résistance aux parasites et aux maladies et les caractéristiques horticoles souhaitables telles que l’amélioration de la taille des fruits et de la vigueur de la plante, une meilleure phénologie (par exemple la période optimale de floraison), une meilleure composition des fruits (sucre/taux d’acide) et une tolérance à la chaleur.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *