La production hivernale de légumes au Maroc augmente

En hiver, les produits marocains constituent une bonne alternative aux légumes espagnols et italiens. Les importations de l’UE en provenance du Maroc ont considérablement augmenté ces dix dernières années (+ 51%). Deux entreprises néerlandaises actives au Maroc parlent de leurs expériences.

GerardDerksen, consultant en organisation, a remarqué que le Maroc était de plus en plus peuplé. «Le pays est propice, la terre est propice et les gens veulent travailler. Je m’attends à ce que cela devienne plus encombré», déclare-t-il sur le chemin de son prochain emploi au Maroc. Il y rencontre beaucoup d’autres producteurs de produits frais, originaires des Pays-Bas, mais les Espagnols, les Britanniques et les Marocains eux-mêmes  créentégalementdes sociétés de production pour commercialiser leurs produits en Europe. «Cela présente un inconvénient: une demande accrue signifie que le prix du terrain va augmenter. Pas seulement au Maroc, les entreprises néerlandaises sont également présentes dans d’autres pays d’Afrique du Nord. ”

C’est parce que presque tous les produits peuvent y être cultivés: agrumes, avocat, toutes les variétés de légumes et de fruits rouges. Les produits sont transportés en Europe par camion ou par bateau. Gérard affirme: «la plupart des transports, en particulier de tous les produits frais, sont effectués par camion. Ceux-ci sont embarqués sur des bateaux à Tanger et arrivent en Espagne avant de poursuivre leur route vers l’Europe. Les produits à longue durée de vie, tels que les pommes de terre, les oignons et les agrumes, sont également expédiés par conteneurs maritimes. Ceux-ci sont chargés dans le port d’Agadir et sont expédiés à Rotterdam ou à Anvers. “

Le climat marocain est très favorable à la culture de légumes d’hiver adaptés à la saison européenne. Même les entreprises espagnoles sont passées en Afrique. «Ces dernières années, l’Espagne a connu de mauvaises récoltes en raison du changement climatique. Comme les volumes de rendement par hectare n’ont pas été atteints, les prix de revient ont été mis sous pression et il est également devenu plus difficile de respecter les accords contractuels. De ce fait, de plus en plus de produits marocains arrivent sur le marché européen via l’Espagne.

La volonté de fournir des produits toute l’année est une autre raison pour laquelle les entreprises s’installent au Maroc. «La tendance est que les entreprises commerciales souhaitent proposer des produits toute l’année, alors ceux-ci devraient également être disponibles quelque part dans cette affaire. Au Maroc, il est possible de faire pousser des cultures presque toute l’année, le climat est bon et ils ont plus d’ensoleillement qu’au Pays-Bas. Il devient de plus en plus difficile de faire pousser des légumes pendant les moischauds d’été. En raison des circonstances favorables, les productions au Maroc peuvent facilement être adaptées à celles des Pays-Bas. ”

Construire et transmettre

Outre la partie technique de production, il est pratiquement possible de créer une entreprise professionnelle et rentable au Maroc, malgré la différence de culture. Selon Gérard, il faut juste être un peu plus patient et avoir plus d’énergie. Il a créé une société de production, y compris une station de conditionnement, de haricots verts et français au Maroc. Ceux-ci sont transportés directement aux Pays-Bas et commercialisés à partir de là. En octobre dernier, il a confié la direction de la société à la population locale. «Je travaille sous l’autorité de sociétés néerlandaises et je m’occupe de la construction et de l’installation. Dès que l’entreprise se porte bien et est rentable, je la passe. J’ai maintenant lancé un deuxième projet, qui concerne la culture des asperges. Maintenant que la saison néerlandaise a débuté, elle a été mise en veille pendant un moment. Je travaille également dans une société de production de fruits rouges: fraises, myrtilles et framboises. »Les différences culturelles peuvent être comblées. «En dehors de l’Europe, tout est naturellement plus compliqué, mais si vous connaissez la bonne méthode, vous pouvez obtenir les certificats nécessaires – BRC, GlobalGAP, HACCP – et la traçabilité nécessaire pour approvisionner le marché européen. Il y a trois ans, nous étions tous des pionniers, mais je connais maintenant très bien le fonctionnement de tout cela et il est utile de connaître d’abord la population et les autorités locales », conclut Gérard.

Jan van der Kaden: «Nous connectons les producteurs directement aux clients»

StC a établi ses premiers contacts au Maroc en 2016. La société copie le concept pour commercialiser le produit de producteurs néerlandais au Maroc. «Nous continuons à avoir du mal à trouver les bonnes personnes, mais heureusement, nous nous améliorons constamment, et nous savons ce qu’il ne faut pas faire aussi bien. Les différences culturelles sont grandes. Au Maroc, ils cultiventt et emballent toujours selon des méthodes traditionnelles », déclare Jan van der Kaden de StC International. “Nous pouvons les guider dans cela.”

Bientôt les melons aussi

La première étape pour devenir pionnier au Maroc est venue du souhait des clients d’obtenir plus de transparence, ils veulent savoir d’où provient leur produit et acheter à la source. «Nous voulions offrir un produit disponible toute l’année et fourni par nos propres producteurs.» En outre, la société a pour ambition de coupler davantage de producteurs avec le produit néerlandais à StC International. En tant qu’intermédiaire, StC est le partenaire des marchés de vente de légumes marocains et néerlandais aux Pays-Bas, en Scandinavie, en Allemagne, dans les États baltes et en Europe de l’Est.

StC n’est pas seulement un intermédiaire, ils sont également présents localement pour conseiller les producteurs lorsqu’ils planifient leurs productions qui étaient vendues localement et dans les pays voisins. Ils doivent maintenant produire pour des exportations plus lointaines et conformément aux normes et aux exigences du marché européen. Selon le désir du client, les tomates (bifteck), les poivrons pointus et poivrons, les aubergines, les courgettes (blanches) et les haricots sont cultivés au Maroc. Jan déclare : «jusqu’à présent, nous nous sommes concentrés sur les légumes, mais nous commencerons bientôt à cultiver des melons également. Nous voulons grandir selon les souhaits de nos clients. “

Dans la cuisine

La récolte est emballée au Maroc. StC donne également des conseils à la station d’emballage afin que celle-ci puisse se développer davantage. «Nous aimons amener les producteurs dans la cuisine pour qu’ils s’impliquent dans le processus de vente. Cette chaîne d’approvisionnement réduite et notre transparence sont notre force. Cette façon de travailler est rare, en particulier au Maroc, mais tout cela va à la satisfaction de nos clients. Nous construisons sur la base de la coopération. Nous voulons le faire à la manière néerlandaise, les salaires doivent être corrects, mais le logement de nos travailleurs et l’éducation de leurs enfants doivent également être de qualité. Les bonnes personnes sont le succès d’une entreprise. C’est seulement lorsque tout sera comme cela que vous pourrez offrir une valeur ajoutée, à la fois aux producteurs et aux clients. ”

Les plus grands défis sont les différences culturelles et le «fossé» qui les sépare. «Le climat combiné au prix de revient signifie que le Maroc offre de nombreuses opportunités. L’Europe leur offre un marché de vente plus stable. Nous voyons de plus en plus de productions sous contrat et nous avons commencé à nous distinguer grâce à cela. Ils ont besoin de nos contacts et nous pouvons nous en occuper pour eux. Nous n’achetons rien, nous les couplons directement au client. Je vois vraiment un avenir dans la croissance orientée vers le client », conclut Jan.

Source : hortidaily.com/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *