« La prochaine campagne espagnole de myrtilles sera pire que la saison dernière »

La campagne de framboises est sur le point de commencer à Huelva avec les premières récoltes précoces. « Tout se passe bien en quantité et en qualité, selon nos prévisions », déclare Francisco Sánchez, directeur d’Onubafruit, qui estime la production à venir à environ 12.000 tonnes.

« Cette entreprise est à l’avant-garde dans la production et la commercialisation de framboises, surtout parce que nous avons de très bonnes variétés exclusives et suffisamment de producteurs pour travailler avec elles. Certains peuvent penser que le fait d’avoir de nombreux producteurs peut être difficile et nuisible, mais c’est certainement l’un de nos plus grands atouts. Les chaînes de supermarchés ne cessent de croître et de s’étendre, de sorte qu’elles ont besoin de fournisseurs plus importants qui peuvent garantir un approvisionnement fiable. Nous voyons comment l’intermédiation peut être affectée par une pénurie de producteurs », explique le directeur de cette entreprise.

Bien que la concurrence du Portugal et du Maroc ait été une surprise pour les producteurs espagnols de framboises l’année dernière, Francisco Sánchez ne pense pas qu’ils puissent leur enlever la position de leader que la production espagnole a acquise. « La production du Portugal arrive généralement plus tard que la nôtre et les conditions climatiques rendent la culture de ce produit plus difficile, tandis que le Maroc, en plus d’avoir des délais de livraison plus longs que l’Espagne, possède une infrastructure de terrain très instable. Concurrencer la position de leader des framboises espagnoles va être compliqué », selon lui. 

« Cette année sera pire pour les myrtilles »
Il faudra encore quelques mois pour que la récolte des myrtilles commence à Huelva, alors pour l’instant, l’entreprise importe de l’étranger pour pouvoir assurer un approvisionnement ininterrompu tout au long de l’année. Si l’offre excédentaire de la saison dernière a eu des conséquences désastreuses pour le secteur, « cette année sera encore pire », selon Francisco Sánchez.

« L’Espagne a planté trop de myrtilles ces dernières années, alors que la production mondiale a augmenté plus vite que la demande n’a pu absorber. Cette année, le Chili devrait arriver en retard en Europe, ce qui entraînera un chevauchement avec le début de notre campagne. Dans le même temps, le Maroc et l’Afrique du Sud continuent de croître en termes de volume », déclare M. Sánchez.

La superficie de myrtilles en Espagne aurait déjà cessé de croître, et certains disent que les plants sont en train d’être déracinés, mais la réalité est différente pour le directeur d’Onubafruit. « Il est beaucoup plus facile d’enlever ou de planter des fraises ou des framboises, mais l’investissement nécessaire est beaucoup plus important dans le cas des myrtilles. Heureusement, notre position de leader sur ce produit, avec environ 17 000 tonnes par an, nous prépare à faire face à cette crise qui est encore loin d’avoir atteint son apogée. »

Source : freshplaza.fr/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *