La précocité est la clé de la compétitivité des exportations des fruits rouges marocains, Nabil Belmkaddem

Le directeur général de BestBerry, Nabil Belmkaddem, a déclaré aux visiteurs du congrès Global Berry  (Hollande) la semaine dernière que la précocité était la clé, car c’est à ce moment-là que les prix de vente sont les meilleurs dans leur principale destination en Europe. Il a ajouté que le secteur envisage d’introduire plus de variétés pour étendre la fenêtre encore plus tôt que septembre.

“Auparavant, nous n’avions que quelques variétés et vous ne pouviez pas imaginer le large choix de variétés disponible actuellement”, a-t-il déclaré. “Chaque année, de nouvelles variétés sont introduites. Les producteurs peuvent conserver les anciennes, mais il existe maintenant un large choix en matière de fraises. Le prix retourné au producteur diminue chaque année, il faut donc qu’il soit plus compétitif. Ceci devient de plus en plus difficile car il faut beaucoup de travail pour produire des fruits irréprochables, sans imperfections, avec la bonne couleur, la bonne fermeté, etc. “.

http://acertamaroc.com/

La superficie de production des petits fruits au Maroc est de 8 300 hectares et M. Belmkaddem a déclaré que le pays jouit de conditions climatiques favorables pour la culture des baies, en particulier pendant la saison hivernale.

“C’est parce que nous n’avons pas de gel, dans le nord ou le sud du Maroc”, a-t-il déclaré. «Nous avons d’autres défis météorologiques, mais nous pouvons toujours produire un bon fruit pendant les mois d’hiver. Nous pouvons produire des fruits de la mi-septembre à la mi-juin – il y a donc 10 mois de l’année où des baies sont exportées du Maroc vers l’Europe. Nous pouvons en produire une partie en hiver, ce qui est important, nous pouvons également le faire à l’automne ou au printemps – mais nous sommes moins compétitifs pendant ces périodes. “

Le Maroc exporte dans 41 pays, mais la grande majorité vers l’Europe; 98% des fraises, 99% des framboises et 89% des myrtilles sont vendus en UE.  Mais il admet que le modèle économique est un peu plus complexe et qu’il est important que les acheteurs européens se rendent compte qu’il repose sur l’investissement des producteurs et sur la sélection de la bonne variété.

“Tout est basé sur la rentabilité des producteurs”, a déclaré M. Belmkaddem. «Tout tombe en panne si la rentabilité des producteurs n’est pas au rendez-vous. Nous avons donc besoin d’importants investissements des producteurs. Nous avons une variété qui marche – certaines variétés ne le sont pas – et maintenant, pour être compétitifs, les producteurs nous disent de leur donner une variété qui va marcher. Il y a peut-être quelques années, vous pourriez travailler sur une variété. Il y a eu une augmentation constante des exportations, mais cela est dû principalement à l’augmentation des superficies des myrtilles et des framboises. Mais pour les fraises, la production est stable. “

Il a ajouté que la saison des framboises avait été difficile cette année et que les prix avaient atteint un pic plus tôt que prévu, puis ont chuté pour enregistrer des niveaux très bas, ce qui pourrait être dû à une période de faible consommation. Mais avant cette année, M. Belmkaddem a déclaré que les prix étaient généralement à la hausse.

“Les prix étaient élevés et c’était assez simple”, a déclaré M. Belmkaddem. “Les producteurs plantaient au printemps pour obtenir deux cycles; ou ils plantaient en été pour un cycle. À la fin du cycle, le prix était satisfaisant, ils arrachaient les plantes et en cultivaient de nouvelles. Maintenant, nous voyons des producteurs planter également à l’automne, pour pouvoir produire durant les mois de mars et d’avril. Il y a quelques années, il y avait peut-être trois ou quatre variétés disponibles, alors qu’actuellement il y’a un choix beaucoup plus vaste. La tendance que nous observons chez les framboises va de 1 à 2 cycles pour essayer de faire plus. “

Une autre tendance qui a été constatée est que les producteurs plantent davantage, mais la rentabilité est moindre – et M. Belmkaddem estime que cette question doit être résolue rapidement. C’est une histoire similaire pour les myrtilles.

“Les producteurs recherchent des variétés précoces”, a-t-il déclaré. “Désormais, les fruits viennent de différentes régions d’Europe, les prix baissent et les producteurs recherchent donc des variétés précoces.

Les producteurs ont des contrats avec des entreprises exportatrices au Maroc et il existe des filiales de sociétés multinationales, qui, selon M. Belmkaddem, augmentent d’année en année.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *