France : les producteurs de cerise seront indemnisés

cerisier.jpg

Le ministère de l’Agriculture français va verser des aides aux producteurs de cerises pénalisés par l’interdiction d’un insecticide, le diméthoate.

Le dossier des cerises aux pesticides avance en France. Le ministère de l’Agriculture a annoncé ce mercredi la mise en place d’aides à destination des producteurs. Ces indemnités ont vocation à compenser les éventuelles pertes liées à l’interdiction du diméthoate.

Cet insecticide, largement utilisé dans la culture des cerisiers, n’a en effet plus droit de cité dans l’Hexagone depuis le 1er février, en raison d’une toxicité connue et reconnue par les instances sanitaires nationales et internationales.

Promouvoir la cerise

“Conscient des risques de pertes économiques liés aux attaques de la Drosophile Suzukii en 2016, le ministre s’est engagé à mettre en place des indemnisations aux producteurs, selon des modalités qui seront concertées avec les professionnels”, indique Stéphane Le Foll dans un communiqué.

Par ailleurs, le gouvernement a annoncé le lancement d’une campagne de promotion de la cerise, permettant de valoriser les producteurs, leurs produits et leurs méthodes. “Des crédits de promotion seront débloqués pour participer au financement d’actions de communication sur la cerise “, précise le communiqué.

Au niveau européen, la France a défendu un retrait général du diméthoate au sein de l’UE. La proposition n’ayant pas été suivie d’actes, le gouvernement a décidé de déclencher une clause de sauvegarde, interdisant l’importation de cerises venant de pays qui autorisent le traitement au diméthoate. Cette clause sera effective dès cette semaine avec la parution au Journal Officiel d’un arrêté, précise le ministère.

A ce jour, “l’Espagne, l’Italie, la Pologne, la Grèce et la Slovénie ont également annoncé leur intention de ne pas autoriser le diméthoate sur les cerises “, peut-on encore lire dans le communiqué.

Deux molécules autorisées

D’autres molécules pourront en revanche être utilisées dès la prochaine campagne de traitement, afin de protéger les cerisiers des attaques très agressives de la Drosophila Suzukii. Le ministère en cite deux : le cyantraniliprole et le spinetoram. Les deux ont une forte toxicité avérée chez les abeilles et les invertébrés aquatiques.  

 

Source : pourquoidocteur.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *