Exportations de tomates : aucune perturbation sur le marché européen

tomate_12.jpg

Finalement, il y a eu plus de peur que de mal. Le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime vient de faire le point sur l’application par l’Union Européenne du nouveau système d’entrée des fruits et légumes sur ce marché. Il en ressort qu’elle a été “rigoureuse, permettant un suivi efficace des prix de l’origine Maroc”.

Lors de l’annonce de l’application de ce système, plusieurs opérateurs de la filière des tomates craignaient qu’il soit utilisé de manière à empêcher les produits nationaux d’entrer sur le marché européen. S’en sont alors suivies de longues négociations entre le ministère de l’agriculture et les responsables européens pour trouver une solution.

Sept mois après l’entrée en vigueur du nouveau système, le suivi de son application a permis de relever qu’il est transparent et juste pour tous les opérateurs. Le relevé quotidien des valeurs forfaitaires d’importation (ndlr: utilisées justement pour le calcul du prix d’entrée) durant cette campagne a traduit fidèlement les prix observés sur les marchés de l’UE. “Le Maroc et l’UE se sont accordés à affirmer que ce nouveau système n’a causé aucune perturbation sur le marché européen des fruits et légumes”, peut-on lire dans un communiqué du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime.
Cette saison a même été marquée par une amélioration des prix de la tomate marocaine sur le principal marché européen, celui de Saint Charles.

Elle a, pendant une grande partie de la campagne, été commercialisée à des prix variant de 0,8 à 1,4 euro, à l’exception des périodes coïncidant avec des conjonctures commerciales spécifiques. 
Il est à noter qu’en 2014, le Maroc a vendu 387 830 t de tomate à l’Union Européenne (données d’Eurostat), soit le troisième fournisseur après les Pays-Bas et l’Espagne.

Depuis septembre dernier, les exportations marocaines de tomates sont soumises à une action de coordination de la part du Comité de coordination primeurs qui procède, selon le ministère de l’agriculture, à une gestion de la campagne d’exportation à la lumière, principalement, du dispositif  “Tomates” contenu dans l’Accord Maroc-UE et de l’évolution du marché. Des mesures spécifiques sont prises pour gérer les quantités et la qualité des exportations.

Source : lavieeco.com

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *