Espagne : Le ministère s’attend à une réduction de 11% en oranges

Selon le dernier rapport sur le développement des superficies et des productions agricoles publié par Mapama (Ministerio de Agricultura y Pesca, Alimentación y Medio Ambiente), les volumes de production en 2016/17 s’établissaient à 3,65 millions de tonnes pour les oranges et 995 900 tonnes pour les citrons, contre 3,08 millions et 775 800 tonnes, respectivement, dans la campagne 2015/16.

Les prévisions de production d’agrumes de l’Andalousie pour la campagne 2017/2018, publiées par le gouvernement de l’Andalousie le 6 octobre, ont estimé à 2,01 millions de tonnes ; un chiffre similaire par rapport à 2016/2017 et 1,6% supérieur à la moyenne des quatre dernières saisons.

Le 29 septembre, l’Association interprofessionnelle du citron et du pamplemousse (Ailimpo) a indiqué qu’elle s’attendait à ce que l’Espagne produise 1,11 million de tonnes de citrons (-3,7% par rapport à 2016/17). La réduction affectant le pamplemousse, annoncée quelques jours plus tard (3 octobre) est beaucoup plus importante, avec 80 700 tonnes (-24%).

Dix jours plus tôt, Elena Cebrián, Conseillère pour l’Agriculture de la Région de Valence, a annoncé la prévision de la production d’agrumes du premier producteur espagnol avec 3,14 millions de tonnes ; une baisse de 20% par rapport à la campagne 2016/2017.

Cebrián a souligné que la faible production de fruits attendue a rendu les marchés plus animés que la saison précédente et a ajouté que si les bons niveaux de qualité sont maintenus, “les prix seront également bons”.

“Si les prévisions sont respectées, la récolte de cette saison dans la région de Valence sera similaire à celle de 2015/2016, mais avec des rendements plus élevés”, a-t-elle affirmé.

La conseillère a souligné que, d’une manière générale, les prévisions de réduction sont principalement dues à l’alternance naturelle des cultures d’agrumes, à la diminution des superficies consacrées à leur culture et à l’expansion d’autres cultures, telles que le kaki.

Une autre raison expliquant la baisse de la production, a-t-elle ajouté, est l’impact des conditions météorologiques, à savoir les pluies abondantes enregistrées fin 2016 et les températures élevées de mai qui ont affecté les fruits, parfois éparpillés et irréguliers.

Selon elle, le secteur des agrumes s’attend à une bonne qualité et à de bons calibres, les pluies de fin août et début septembre étaient bénéfiques pour le secteur.

Baisse de la production de clémentine et de satsuma

Les données pour la Région de Valence révèlent une réduction de 24,1% affectant toutes les variétés de petits fruits (environ 427 970 tonnes de moins au total), avec une forte diminution pour les Satsumas (-31%) et les clémentines (- 29,3%).

Dans le cas des oranges, la région de Valence s’attend à une baisse de 17,6% du volume de production par rapport à la saison précédente, le sous-groupe Navel précoce étant le plus touché.

En ce qui concerne les citrons de Valence, la conseillère a souligné que la production chuterait de 16% (246 150 tonnes). Pour le pamplemousse, la perspective est d’atteindre 25 684 tonnes (+ 15,4%), et ceci avec des rendements plus élevés.

 

Pour sa part, la Région de Murcie, à travers sa Direction Générale des Productions et des Marchés Agroalimentaires, a estimé (également le 19 septembre) que la saison des agrumes 2017/2018 se clôturerait avec un volume de 863.500 tonnes, soit 2% de moins que la précédente, quand 881 000 tonnes ont été récoltées.

Plus de Citron Fino et moins de Verna

De ce volume, 580 000 tonnes correspondraient à des citrons (+ 0,9%), avec une augmentation de la variété Fino, au détriment de la variété Verna.

Le gouvernement de Murcie a expliqué que la récolte d’oranges devrait être inférieure de 8% à celle de la campagne précédente, principalement en raison de la réorganisation progressive des parcelles en citrons ou en variétés d’oranges plus tardives, avec une réduction de la superficie.

Ainsi, les variétés traditionnelles telles que la Navelina, la Navel et la Lane tardent à enregistrer des baisses de leurs productions d’environ 20%, en grande partie à cause de l’impact des chaleurs de mai et juin sur la floraison.

Par contre, Murcie prévoit des augmentations d’environ 10% dans les variétés tardives (Powell et Valencia en retard), qui sont plus populaires sur les marchés actuels.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *