Espagne : Certaines chaînes européennes mélangent des agrumes espagnols et égyptiens

Les exportateurs valenciens d’agrumes ont détecté une pratique commerciale irrégulière dans les établissements de diverses chaînes de supermarchés européens qui devrait être supprimée, car elle porte préjudice aux intérêts des oranges espagnoles et constitue une fraude.

Cette pratique consiste à mélanger en vrac des oranges espagnoles et égyptiennes, à faire venir d’Égypte l’ensemble des oranges et à les présenter à la vente.

Ce mélange a pour objectif clair d’« améliorer” la présence et l’aspect général de l’orange qui s’affiche au consommateur, pour rendre l’offre plus agréable et l’inciter à acheter.

L’orange espagnole a un aspect plus attrayant, garantit une plus grande sélection, un degré de coloration plus intense et une meilleure saveur (connue sous le nom de propriétés organoleptiques), avec un équilibre doux-amer plus approprié et en accord avec les envies généralisées.

http://synergieconsulting.net/brc/

Toutes ces qualités ont permis aux agrumes espagnols de triompher depuis plus d’un siècle et demi en Europe et à l’Espagne de conserver son leadership mondial en matière d’exportation de produits frais, malgré les nombreux facteurs opposés qui ont marqué l’histoire (et qui continuent à le faire).

Pourquoi, alors, la vente d’oranges et de mandarines espagnoles de qualité ne prévaut-elle pas et il y a cette pratique indue de les mélanger avec celles d’Égypte ? Evidemment parce que la chaîne commerciale de shift achète moins cher que celle de l’Egypte, où ils peuvent produire moins cher car leurs coûts ne sont pas ceux de l’Espagne/Europe. Mais la chaîne commerciale sait aussi qu’il vaut mieux améliorer son offre pour que la vente s’écoule mieux, et c’est pourquoi quelque chose d’aussi simple que de les mélanger apparaît.

Comment peut-on le détecter ? Lors de l’achat en vrac, si le signe obligatoire indiquant la variété, la catégorie et l’origine du fruit indique que l’agrume provient d’Espagne, il ne doit y avoir aucune raison de douter, surtout si vous voyez que le fruit a le bon aspect. Cependant, si le panneau indique que les oranges viennent d’Egypte (ou d’un autre pays) et que vous trouvez des oranges Navelina dans le tas (qui ont une couleur plus intense, presque rouge) mélangées à des oranges de couleur plus claire, et que vous savez que le négociant espagnol a récemment expédié des oranges Navelina à ce supermarché, alors il est évident que le mélange a été en jeu.

En tout état de cause, il s’agit de pratiques frauduleuses qui doivent être sanctionnées conformément à la réglementation, même si elles sont difficiles à prouver dans de nombreux cas. Pourquoi les personnes concernées ne le dénoncent pas formellement ? Parce qu’ils ne sont pas sûrs de l’utilité de ce service et qu’ils craignent de ne plus recevoir de commandes.

Source : lasprovincias.es

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *