Des Hommes “abeilles“ au Sichuan (Sud de la Chine)

pollinis-2.jpg

L’agriculture et la santé humaine dépendent des services fournis par les organismes sauvages de l’écosystème; vers, cloportes, mille-pattes et une foule d’autres créatures qui aident à la formation des sols, les forêts pour produire de l’oxygène, de prévenir l’érosion des sols et régulent le débit de l’eau, les oiseaux de manger les insectes ravageurs, les mouches et les coléoptères de décomposer les excréments d’animaux, abeilles et autres pollinisateurs à la pollinisation des cultures. Mais l’agriculture moderne menace d’éradiquer ces organismes, et ainsi de se compromettre.

La pollinisation fournit l’un des exemples les plus clairs de la façon dont notre insouciance  pour de l’environnement menace notre propre survie. Environ 75% de toutes les espèces des plantes exigent la pollinisation par des espèces d’animaux données, souvent par les abeilles, mais parfois par les mouches, les papillons, les oiseaux ou même des chauves-souris.

Des données recueillies à travers le monde montre que les rendements, des cultures pollinisées par les insectes, sont de plus en plus imprévisibles, en particulier dans les domaines de l’agriculture intensive. Lorsque les cultures sont cultivées dans de vastes domaines, il n’y a pas assez d’insectes pour tout le monde. Si des insecticides sont pulvérisés trop souvent, que les pollinisateurs essentiels ne peuvent pas survivre.

L’exemple le plus spectaculaire provient des vergers de pommiers et de poiriers du sud ouest de la Chine, où les abeilles sauvages ont été éradiquées par l’utilisation excessive de pesticides et le manque d’habitat naturel.

Les agriculteurs ont été contraints à polliniser à la main leurs arbres, portant des pots de pollen et des pinceaux dont la pollinisation individuellement chaque fleur, et l’aide de leurs enfants à monter sur les plus hautes fleurs. C’est clairement juste possible pour cette culture de grande valeur, mais il n’y a pas assez humains dans le monde pour polliniser toutes nos cultures à la main.

Les agriculteurs de ce village recours à la pollinisation manuelle durant les vingt dernières années. L’utilisation massive de pesticides ne permet plus la survit des abeilles et les agriculteurs doivent faire le travail de ces insectes.

Tous les habitants du village en âge de travailler sont mobilisés pour la pollinisation à la main. Cette année, elle a commencé mi-avril et s’est chevée la fin du mois. Ce calendrier strict, fixé par la météo et le cycle de floraison, impose de faire vite.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *