Comprendre la tolérance au stress chez la tomate

La tomate, une espèce  cultivée dans le monde entier, subit des pertes de productivité importantes en raison de facteurs environnementaux tels que la sécheresse, les inondations, la salinité et la chaleur.

Cela a poussé les scientifiques à mieux comprendre les mécanismes de la tolérance à la sécheresse dans la tomate afin qu’ils puissent développer des plants de tomates plus robustes qui peuvent tolérer des conditions climatiques défavorables.

Un groupe de scientifiques de l’Institut indien de recherche végétale (IIVR), Varanasi, a étudié le rôle et le mécanisme d’action d’une molécule clé, la proline, dans l’amélioration de la tolérance au stress chez la tomate. Proline, principalement un acide aminé requis pour la formation des protéines dans la tomate, a attiré des chercheurs depuis la découverte de son rôle dans la lutte contre le stress. La proline peut être incorporée dans des protéines pour former des protéines riches en proline ou, sous sa forme libre, elle agit comme osmoprotecteur et aide la plante à surmonter le stress.

Les chercheurs de l’IIVR ont découvert que l’expression de SlPRP, un gène impliqué dans la formation de protéines riches en proline, diminue lorsque le plant de tomate subit un stress hydrique dans toutes les parties de la plante telles que les feuilles, les racines et les fleurs. Ils ont en outre montré que lorsque l’expression de ce gène diminue, les niveaux de proline augmentent dans la plante. Sur la base de ces résultats, les scientifiques ont conclu que la plante réduit l’expression de ce gène sous stress hydrique afin d’éviter l’utilisation de prolines libres pour la synthèse des protéines. De cette façon, la proline peut efficacement agir comme osmoprotecteur et atténuer les effets de la sécheresse sur la survie des plantes jusqu’à ce que la synthèse de la proline commence.

“Cette étude contribue à la compréhension du mécanisme de régulation de la concentration de la proline cellulaire sous stress hydrique et ouvre de nouvelles stratégies pour manipuler les plantes pour développer la tolérance au stress hydrique”, explique Suhas G. Karkute, membre de l’équipe de recherche.

Au fil des années, il y a eu des épisodes de hausse des prix des tomates en raison de mauvaises récoltes dues à des conditions climatiques défavorables. Il est prévu que de tels cas soient récurrents dans le scénario du changement climatique, rendant ainsi les cultures tolérantes au stress comme une priorité de recherche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *